Chambre de commerce et d’industrie de Lorraine

Les Lorrains consomment avant tout en Lorraine

26 Mai 2015 Par Jean-Michel Hennebert
Contrairement aux idées reçues, les transfrontaliers allemands, belges ou luxembourgeois consomment davatange en Lorraine que l’inverse, selon cette étude. (Photo: David Laurent / archives)

Le deuxième rapport de l’Observatoire du commerce et de la consommation, publié cette semaine, met en exergue de nouveaux comportements. Parmi eux, le poids de plus en plus grand d’internet et le rôle économique des travailleurs frontaliers.

«Le comportement d’achat des ménages lorrains reste plutôt sédentaire. L’essentiel de la consommation se réalise en Lorraine.» Les conclusions du deuxième rapport de l’Observatoire du commerce et de la consommation, réalisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Lorraine, ne laissent pas planer de doute sur les habitudes de consommation des Lorrains. Autrement dit, quelle que que soit l’origine de leurs revenus, les ménages lorrains font leurs achats près de chez eux.

Sur les 12,85 milliards d’euros de chiffre d’affaires du commerce lorrain attendus en 2015, «seuls» 495 millions d’euros proviennent de l’étranger. Comprenez des recettes issues des achats réalisés par les voisins allemands, belges ou luxembourgeois. Un chiffre qui compense donc les 328 millions «d’évasion commerciale» des Lorrains dans les pays limitrophes, à savoir les achats de produits de consommation courante. «Cette situation est donc différente de la réalité perçue, masquée par le poids des achats de carburant et de tabac notamment au Luxembourg», note la Chambre de commerce et d’industrie de Lorraine.

Les services de «Drive» séduisent de plus en plus

Autre enseignement issu de cette étude, le poids de plus en plus important d’internet dans les comportements d’achat. Les commandes en ligne représentent ainsi quelque 800 millions d’euros, soit l’équivalent du chiffre d’affaires d’une ville comme Nancy. Autant d’achats qui ne sont pas réinjectés dans les circuits commerciaux lorrains. Selon les chiffres de cette étude, les 1.061.940 ménages lorrains dépensent en moyenne 12.870 euros par an avec une priorité aux produits alimentaires (51%). Mais cette moyenne cache bien évidemment des disparités, les dépenses en Moselle par exemple étant réparties principalement entre les achats au Grand-Duché ou en Allemagne et les ventes par correspondance. À l’inverse des Vosges où les achats se font principalement par correspondance.

Enfin, la Lorraine se caractérise par un poids de plus en plus important des grandes surfaces, qui représentent 10% des établissements de commerce, mais 77% du chiffre d’affaires régional. Encore une fois, des inégalités territoriales existent, puisque la Moselle concentre le plus de grandes surfaces sur son territoire, en raison de la taille de son marché de consommation, mais aussi de «sa capacité à capter des flux commerciaux d’autres territoires lorrains ou étrangers». À noter d’ailleurs le poids de plus en plus important des services de «Drive» qui représentent actuellement 6% des formes de vente de produits alimentaires.