Jean-Luc Rippinger (CEO - Kussbus)

«Une nouvelle manière d’aller travailler»

21 Décembre 2018 Interview par Paperjam.lu
Jean-Luc Rippinger: «Actuellement, près de 400 passagers en moyenne par semaine plébiscitent nos navettes.» (Photo: DR)

Jean-Luc Rippinger est le cofondateur de Kussbus. Commercialisé en avril 2018, ce service de navette connectée connaît une ascension fulgurante. À tel point que certains le présentent déjà comme une des solutions-clés aux problèmes de mobilité.

En quoi Kussbus représente-t-il une mobilité alternative? 

Jean-Luc Rippinger. - «Pour diverses raisons, la voiture personnelle est encore trop souvent utilisée par les navetteurs. Il existe pourtant de multiples alternatives innovantes, dont la nôtre, qui contribuent à court et à moyen terme à améliorer la situation. Chez Kussbus, nous avons développé une technologie qui permet de répondre aux besoins à la fois des usagers et des transports publics. Il s’agit d’un service de bus personnalisé qui s’inscrit à mi-chemin entre le covoiturage et le transport public.

Une fois l’application installée sur son smartphone, l’utilisateur entre ses heures et adresses de départ et d’arrivée, choisit sa navette et réserve sa place. En fonction des demandes et de l’état du trafic, notre algorithme optimise les trajets et définit des arrêts communs facilement accessibles à pied ou en voiture, et toujours situés à proximité de parkings gratuits. 

Quels sont les trajets proposés?

«Notre service domicile-travail qui exploite cette technologie circule actuellement au départ de la Belgique (Habay-Arlon) et de la France (zone thionvilloise) à destination du Luxembourg (Kirchberg-Glacis). Nous souhaitons à l’avenir multiplier les collaborations à l’international.   

Les navetteurs sont-ils prêts à renoncer à leur voiture?

«Actuellement, près de 400 passagers en moyenne par semaine plébiscitent nos navettes. La plupart d’entre eux utilisaient auparavant leur voiture pour aller travailler. Les navetteurs sont prêts à utiliser les transports publics pour leur trajet domicile-travail dès lors que ceux-ci s’adaptent à leurs besoins de mobilité. De plus, notre solution peut être déployée rapidement, sans avoir à adapter l’infrastructure routière.»