Laurence Sdika (Directrice de l’antenne parisienne de la Chambre de commerce luxembourgeoise)

«Un nouveau départ aux relations entre les deux pays»

17 Mars 2018 Interview par Audrey Somnard
Laurence Sdika
Laurence Sdika est à la tête de l’antenne parisienne de la Chambre de commerce luxembourgeoise. (Photo: paperJam / Archives)

La Chambre de commerce du Luxembourg a une antenne à Paris depuis 2014, entre-temps un Business Club France-Luxembourg s’est également formé pour développer les relations commerciales entre les deux pays. Laurence Sdika est à la tête de cette antenne, elle se réjouit de cette visite d’État historique pour mettre les relations franco-luxembourgeoises sur le devant de la scène.

Madame Sdika, qu’espérez-vous d’un tel forum et quels sont vos objectifs?

«Cette visite d’État a été décidée en décembre. Nous avons donc eu peu de temps pour tout organiser, mais c’est un signe d’amitié entre les deux pays que cela puisse se décider en si peu de temps. Nous allons profiter de ce moment pour donner un nouveau départ aux relations entre les deux pays, notre objectif est de mieux faire connaître le Luxembourg au-delà des clichés qui peuvent être habituellement véhiculés.

Un partenariat entre la Chambre de commerce de Luxembourg et celle de France au Luxembourg sera signé, une première du genre, même si les deux entités collaboraient déjà ensemble. Puis nous attendons également un accord signé entre deux sociétés ICT. Sans compter des ateliers, du networking, ainsi qu’un cocktail pour que tous les acteurs puissent se rencontrer et mieux se connaître.

Le Luxembourg est autre chose que l’image qu’il peut avoir.

Laurence Sdika, attachée économique et commerciale de la Chambre de commerce du Luxembourg à Paris

Quelle est l’importance de l’événement en termes d’organisation?

«La dernière visite d’État en France a eu lieu il y 40 ans, il s’agissait du Prince Jean et de Valéry Giscard d’Estaing! Il y a un aspect historique dans cette visite, il n’y en aura pas d’autres avec ces deux chefs d’État. C’est une belle occasion de communiquer sur l’image du Luxembourg.

Je suis seule à m’occuper de l’aspect économique pour cette antenne parisienne, c’est donc une toute petite équipe, mais l’occasion est historique d'oeuvrer avec collègues et partenaires pour cette mission économique.

Notre but est d’arriver à faire réaliser au grand public, surtout côté français, que le Luxembourg est autre chose que l’image qu’il peut avoir.

Vous avez ouvert en 2014, quels sont les secteurs qui se sont particulièrement développés?

«Nous avons ouvert cette antenne de la Chambre de commerce en 2014, et le Business Club (BCFL) en 2015, tous les secteurs y sont représentés. Il y a évidemment beaucoup d’entreprises de services, de l’ICT, de l’industrie lourde, qui sont représentatifs des échanges entre les deux pays.

Pour le Forum économique franco-luxembourgeois de lundi, l’accent sera mis sur l’économie numérique, l’industrie créative, l'audiovisuel et la logistique.