Daniel Hussin (Président du Cercle européen Pierre Werner)

Un colloque européen dédié aux frontaliers

05 Novembre 2018 Interview par Nicolas Léonard
Daniel Hussin est le président du Cercle depuis décembre 2017. (Photo: DR)

C’est le château du Bois d’Arlon qui servira de cadre le 10 novembre au colloque «La vie sociale en Grande région et en Europe». Une initiative du Cercle européen Pierre Werner.

Le colloque organisé le 10 novembre à Arlon est la seconde manifestation dans le cadre de l’anniversaire du Cercle européen Pierre Werner. Pouvez-vous nous en détailler le contenu?

Daniel Hussin. — «Le thème général est ‘La vie sociale dans la Grande Région’. Il sera évidemment surtout question de la Grande Région et des problèmes qui concernent directement les frontaliers. Et ils sont nombreux. Il y a bien entendu la mobilité avec les travaux en cours sur la E411, les parkings de délestage... Mais on va aussi parler du télétravail, de plus en plus d’actualité et pour lequel il semble tellement difficile de se mettre d’accord entre le Luxembourg, la Belgique, la France et l’Allemagne. Autre problème brûlant: les flux de camions sur les autoroutes. Sans oublier les questions quant aux immatriculations de véhicule au Grand-Duché, le logement ou encore la création des zones franches. Des sujets qui concernent, tous, directement les frontaliers. Ce colloque est gratuit et ouvert au public. Il suffit de prévenir de sa venue par un e-mail à [email protected]

Quelles seront les personnalités présentes à cette occasion?

«On retrouvera notamment quatre des dix membres fondateurs du Cercle: Charles-Ferdinand Nothomb, Jacques Santer, Léon Zeches et Paul Jadot. Parmi les orateurs du jour, nous aurons Gilles Roth, député-maire de Mamer, qui parlera fiscalité; le député européen Claude Rolin tentera de déterminer si l’Europe sociale est un mythe ou une réalité; le bourgmestre d’Arlon, Vincent Magnus, évoquera sa ville et ses particularités; le premier échevin d’Aubange Jean-Paul Dondelinger fera de même avec sa commune et l’impact de la proximité du Luxembourg; le juge François Biltgen donnera, pour sa part, une analyse du marché du travail...

Quelle est l’origine de votre Cercle et quel est son rôle?

«L’idée d’un cercle de réflexion a vu le jour en 1979, via Charles-Ferdinand Nothomb et Pierre Werner. Mais la concrétisation a été reportée, car Pierre Werner fut de nouveau devenu Premier ministre. C’est en 1987 que des statuts sont déposés et qu’une première réunion a lieu. L’objectif du Cercle est de réfléchir aux synergies dans le développement des deux Luxembourg d’abord, puis de la Grande Région. Dès 1988, il y a eu une première réunion publique axée sur l’enseignement. D’autres suivront évidemment, notamment celles consacrées au problème de la gestion de l’eau ou encore à la coopération judiciaire et policière entre les pays. Pour les 30 ans du Cercle, une conférence a été organisée le 22 mars à Luxembourg avec comme orateur le ministre des Finances Pierre Gramegna. Le colloque d’Arlon est le second volet de cet anniversaire.»