Christiane Wickler (Députée Déi Gréng)

«Se projeter en avant»

09 Décembre 2013 Interview par Thierry Raizer
Christiane Wickler: «Lorsque je me suis retrouvé dans ce lieu chargé d’histoire,
Christiane Wickler: «Lorsque je me suis retrouvée dans ce lieu chargé d’histoire, j’ai été émue.» (photo: Jessica Theis / archives)

La directrice générale de Pall Center a fait son entrée, jeudi dernier, à la Chambre des députés. Une nouvelle vie commence pour elle… et pour son entreprise qui devra apprendre à se passer d’elle.

Madame Wickler, vous devenez députée, comment sera désormais organisée la direction du groupe Pall Center? 

«J’ai la chance d’être bien entourée et de compter sur des jeunes, et des moins jeunes, qui sont disposés à prendre la relève. Ils vont pouvoir montrer ce qu’ils ont appris et mettre en pratique l’expérience que nous avons partagée ensemble.

La direction sera désormais assurée de manière opérationnelle par Geoffrey Debertry et Michel Poncelet. J’étais la «femme à tout faire», ils seront les «hommes à tout faire», même si je resterai présente pour superviser l’entreprise.

Je ne pars donc pas avec un pincement au cœur mais la satisfaction d’avoir reçu les félicitations de mon personnel, qui s’est montré plus que jamais engagé pour la société, c’est ma plus belle réussite.

Quelles seront vos matières de prédilections?

«J’aurai à cœur de m’occuper notamment des classes moyennes, de l’économie, des questions de travail, de la place des femmes en entreprise et, plus globalement, ce qui concerne l’entrepreneuriat. Plus généralement, nous devons faire jouer tous les avantages de notre petit marché et en tirer toutes les opportunités.

Je pars donc dans un état d’esprit collectif avec mes collègues du parti. Nous sommes tous dans le même bateau et nous devons profiter du travail de groupe.

Les affectations en commissions ne sont pas encore connues, mais je compte bien poursuivre par ailleurs la collaboration menée depuis une trentaine d’années avec Camille Gira (devenu secrétaire d’État au Développement durable et aux infrastructures, ndlr) sur le plan communal. Il était l’écologiste et moi l’économiste. L’association de nos deux profils nous permet de mener de bons projets.

Quelle a été votre impression lors de votre assermentation à la Chambre?

«Je suis d’habitude quelqu’un de rationnel, mais je dois avouer que lorsque je me suis retrouvée dans ce lieu chargé d’histoire, j’ai tout de même été émue. J’ai beaucoup de respect pour les hommes d’État de notre pays, et se retrouver à la Chambre face à Jean-Claude Juncker était tout de même un moment particulier.

La présence de jeunes députés me donne aussi beaucoup de motivation, car elle invite à se projeter en avant. Sans renier l’histoire, il est important d’avoir cet état d’esprit pour réussir les challenges qui nous attendent.»