Emile Lutgen (Raiffeisen)

«Préserver nos collaborateurs à leur juste valeur»

25 Mai 2018 Interview par Paperjam.lu
Emile Lutgen
«Personnellement, je n’aime pas le terme ‘capital humain’, qui a une connotation froide et impersonnelle pour moi. Je préfère parler d’employés, de collaborateurs, de femmes, d’hommes et de collègues de travail.» (Photo: Blitz / archives)

En vue du «10x6 Human Value» organisé par le Paperjam Club le mercredi 30 mai, l’un des orateurs, Emile Lutgen (Raiffeisen), expose sa vision des valeurs humaines en entreprise.

Le capital humain d’une entreprise vous semble-t-il préservé à sa juste valeur? 

Il n’existe pas de réponse généralisée à cette question. La réponse varie en fonction de chaque entreprise, il y a des sociétés, voire des départements au sein d’une même entreprise, pour lesquels la réponse sera clairement négative et pour d’autres positive. Le turn-over me semble a priori être l’indicateur le plus parlant permettant à chacun d’évaluer dans quelle catégorie il se trouve. Personnellement, je n’aime pas le terme ‘capital humain’, qui a une connotation froide et impersonnelle pour moi. Je préfère parler d’employés, de collaborateurs, de femmes, d’hommes et de collègues de travail.

Concernant la banque Raiffeisen, le département des Ressources humaines a un mandat clair pour mettre quotidiennement les employés de la banque au centre de nos activités et de recruter, fidéliser, former, développer, gérer et veiller à la plus grande satisfaction possible de nos employés. Pour y arriver, il faut être à l’écoute des employés. La banque a lancé fin 2017 une enquête de satisfaction auprès de tous ses employés pour connaître leur avis et perception sur toute une série de questions les concernant. Notre volonté est de tenir compte des opinions de nos employés tant que possible et de préserver nos collaborateurs à leur juste valeur. C’est un défi de taille, mais il vaut la peine. 

Un bon ‘employer branding’ n’est certainement pas le seul moyen pour attirer de futurs collègues de travail engagés et compétents, mais je dirais que c’est déjà un bon point de départ.

Emile Lutgen, Raiffeisen

Un bon «employer branding» est-il le seul moyen pour attirer de la valeur au sein d’une entreprise?

Un bon ‘employer branding’ n’est certainement pas le seul moyen pour attirer de futurs collègues de travail engagés et compétents, mais je dirais que c’est déjà un bon point de départ. Les facteurs différenciateurs de la banque Raiffeisen (= employer branding) qui ont été confirmés lors de l’enquête de satisfaction précitée par nos employés, tels que l’existence d’une stratégie à long terme, une forte autonomie dans la réalisation du travail, la prise de décision locale et la rapidité dans le processus décisionnel, la sécurité de l’emploi, la qualité des relations humaines ou encore le fait que nos employés peuvent travailler dans des locaux modernes, aident forcément les Ressources humaines à recevoir des candidatures intéressantes.

Après, il s’agit de convaincre les bons candidats de rejoindre notre banque. Au delà de l’employer branding, la qualité des relations humaines lors du processus de recrutement, le contact avec le futur responsable et le business partner en charge du recrutement. ‘People want to deal with people’ est également très important. Par la suite, il s’agit de trouver le meilleur fit entre le candidat et les différents postes disponibles. Un accueil sans faille, des journées d’intégration adaptées, un parcours de formation sur mesure et intéressant, un suivi par RH après recrutement, des perspectives d’évolution sont également très appréciés.  

Nous avons pris le chemin d’offrir tant que possible à nos employés des formations sur mesure adaptées à nos spécificités et dispensées par les meilleurs experts externes disponibles comme formateurs dans leurs domaines respectifs.

Emile Lutgen, Raiffeisen

Comment mettre en œuvre la meilleure gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) possible?

Nous vivons dans un monde qui change de manière permanente et à une rapidité qui est en fort crescendo. Les produits, les besoins et demandes des clients, les outils de communication, les exigences réglementaires, les systèmes et outils informatiques, les exigences en matière de formation évoluent à un rythme très élevé. Une réaction impérative de l’employeur est de donner aux employés des formations pointues, régulières et adaptées sur mesure. Nonobstant que notre banque n’occupe pas beaucoup plus de 600 collaborateurs, la direction a décidé il y a plus de deux ans de créer R-Academy, un institut de formation dédié aux employés de la banque, qui a pour mission journalière de détecter au fil de l’eau les besoins de formation et d’y répondre au plus vite et au mieux.

Nous avons pris le chemin d’offrir tant que possible à nos employés des formations sur mesure adaptées à nos spécificités et dispensées par les meilleurs experts externes disponibles comme formateurs dans leurs domaines respectifs. Nous avons effectué en parallèle un travail d’information et de sensibilisation envers nos employés pour leur faire savoir qu’il ne faut pas considérer la formation comme un ‘mal’ ou une corvée, mais qu’il s’agit d’un investissement en eux, qui leur permet d’élargir leurs compétences, de diversifier leurs tâches, et qui leur assure la meilleure employabilité future.

Les inscriptions au «10x6 Human Value» sont ouvertes sur le site du Paperjam Club.