Frédéric Schnur (Président de Grand Est Numérique)

«Notre label French Tech est bénéfique pour le Luxembourg»

19 Septembre 2017 Interview par Jonas Mercier
Frédéric Schnur
«Le Grand-Duché et les départements français limitrophes ont intérêt à ce que chacun des acteurs de ce bassin soit le plus dynamique possible en matière de digital», estime Frédéric Schnur, le président de Grand Est Numérique. (Photo: Grand Est Numérique)

La 5e édition du #GEN, le grand rendez-vous du secteur numérique de la Grande Région, commence jeudi au Centre Foire et Congrès de Metz. Et le Luxembourg y a plus que jamais sa place, selon Frédéric Schnur, le président de l’association Grand Est Numérique, qui organise l’événement.

M. Schnur, en quoi le #GEN est-il un événement destiné à l’ensemble des entrepreneurs ICT de la Grande Région?

«Je vois deux bonnes raisons parmi d’autres. Tout d’abord, nous avons fait en sorte que ce rendez-vous les intéresse, en travaillant la programmation autour de leurs centres d’intérêt, tant en termes de tendances que de techniques ou savoir-faire.

La seconde raison est que #GEN est conçu comme un lieu de networking et les entrepreneurs savent que les gros rendez-vous proches des acteurs économiques permettent de générer un maximum de contacts en un minimum de temps.

D’ailleurs, #GEN n’est pas un événement uniquement tourné vers les professionnels de l’ICT. Une partie des conférences est dédiée aux professionnels d’autres secteurs d’activités qui s’intéressent aux tendances et aux technologies, et qui sont aussi les clients potentiels des entreprises ICT de la région.

Le Grand-Duché peut-il être une plateforme européenne pour les start-up mosellanes?

«Côté français il y a le label French Tech, conçu pour permettre aux entreprises du digital d’accéder plus vite à l’international. L’initiative a été partout bien accueillie par les entrepreneurs locaux. Côté Luxembourg, il y a cette ouverture naturelle vers les autres pays et un vrai pragmatisme en matière de vision du business.

Cela offre donc deux possibilités aux start-up pour accélérer leur développement à l’international. Et ces possibilités sont tout à fait complémentaires.

Mais n’existe-t-il pas tout de même une concurrence entre le label French Tech et l’ambition de start-up nation du Luxembourg?

«Au sein de l’association, nous ne raisonnons pas en opposant, mais en additionnant. La Grande Région est un bassin naturel d’activités en matière de business, tous secteurs confondus. Le Grand-Duché et les départements français limitrophes ont intérêt à ce que chacun des acteurs de ce bassin soit le plus dynamique possible en matière de digital.

Si concurrence il y a, cela signifie que les initiatives sont nombreuses, qu’elles irriguent la dynamique locale, et qu’elles attirent ou conservent les entrepreneurs. Le fait que l’écosystème du Sillon lorrain ait obtenu l’un des 13 labels French Tech est donc une chose positive pour la stratégie luxembourgeoise.

Et le fait que ce label soit physiquement connecté à un Grand-Duché qui se tourne vers les start-up est une chance pour les entreprises qui en font partie. On dit souvent que quand on est seul on va plus vite, mais qu’ensemble on va plus loin.

Bien exploité, le mix de la Grande Région réconcilie les deux. Mais nous n’utilisons pas assez cette force.»

Retrouvez ici le programme de l’événement.