Antoine Rech (Directeur administratif de la Sacred Heart University)

«Nos étudiants sont à l’image du Luxembourg»

15 Juin 2017 Interview par Jonas Mercier
Antoine Rech
Selon Antoine Rech, la diversité des nationalités est «forcément un bon exercice de management interculturel que les étudiants recherchent». (Photo: DR)

La Sacred Heart University, qui propose des formations MBA en management et finance, fête ce jeudi ses 25 ans de présence au Luxembourg lors d’une soirée à la Philharmonie. À cette occasion, un diplôme honorifique sera remis au Premier ministre Xavier Bettel.

Monsieur Rech, comment votre offre de formations a-t-elle évolué depuis 25 ans?

«Elle s’est considérablement étoffée. La Sacred Heart University a su s’adapter aux nouvelles techniques, aux nouveaux besoins des professionnels actifs cherchant à se former. En 1991, notre offre était unique et novatrice pour le pays qui n’avait pas d’université. Depuis, nous avons pu développer une réelle compétence et expertise, afin de toujours répondre aux attentes des étudiants.

La durée du programme s’est raccourcie, car mieux organisée, des nouveaux cours ont été introduits, comme ‘Behavioral finance’, ‘Private equity’, ‘Digital marketing’ ou encore ‘Corporate social responsibility’. Enfin, de nouveaux programmes ont été créés comme le MBA avec stage qui attire de plus en plus d’étudiants du monde entier. Le fait d’obtenir un MBA accrédité (AACSB), reconnu par le ministère de l’Éducation supérieure et de la Recherche, d’avoir un stage rémunéré et surtout d’avoir une très grande employabilité est forcément très attractif.

Vos étudiants ont-ils eux aussi changé depuis 1991?

«La Sacred Heart University est à l’image du Luxembourg: dynamique, multiculturelle, internationale et naturellement ambitieuse. C’est logiquement après quelques années d’exercice que les étudiants sont venus plus nombreux bénéficier des formations en management et finance. En 1991, il y avait une quinzaine d’étudiants. En 2017, nous en comptons 120, de 45 nationalités différentes.

La moyenne d’âge se situe autour de 34 ans et le nombre d’années d’expérience professionnelle entre 10 et 15 ans. La parité hommes/femmes est presque respectée avec un ratio de 60/40. Les profils ont évolué en suivant l’évolution même du pays. Des entreprises nouvelles se sont implantées au Luxembourg, recrutant des profils nouveaux. La formation MBA étant très reconnue, ces profils ont naturellement modifié notre ‘étudiant type’.

Quelles sont les spécificités du «marché» luxembourgeois?

«La diversité des profils est vraiment un aspect unique du marché luxembourgeois. Nous retrouvons donc cette grande diversité dans nos salles de cours. C’est d’ailleurs un des bénéfices majeurs pour les étudiants. En effet, avoir la possibilité de travailler sur un ‘business case’ avec un Chilien, un Allemand et un Indien est forcément un bon exercice de management interculturel que les étudiants recherchent. Le fait d’avoir également un spectre très large de fonctions professionnelles (acteurs, consultants, ingénieurs, traducteurs, médecins, pilotes) renforce l’idée d’apprentissage. 

La Sacred Heart University est une organisation à but non lucratif. Notre mission est de délivrer des formations universitaires de très haute qualité aux professionnels actifs. Nous nous efforcerons donc de maintenir cette vision. Bien entendu, nous avons des projets en cours de réalisation, tels que celui d’intensifier les échanges entre nos deux campus, de nous développer dans le domaine de l’executive training ou encore de développer nos relations avec des pays dynamiques.»