Marc Wengler (Directeur général des CFL)

«Mettre le focus sur le client et ses besoins»

17 Octobre 2017 Interview par Jean-Michel Hennebert
Marc Wengler, directeur général des CFL
Pour Marc Wengler, directeur général des CFL, la nouvelle stratégie dévoilée doit avant tout être l’occasion de mettre à profit l’expertise des CFL pour créer «une nouvelle chaîne de mobilité». (Photo: Mike Zenari)

Avec 3,8 milliards d’euros investis entre 2013 et 2024, le chemin de fer est voué à être un des piliers de la mobilité de demain. Explications des enjeux de cette stratégie présentée lundi devant un parterre de cheminots avec Marc Wengler, directeur général des CFL.

Monsieur Wengler, pour la première fois, vous avez dévoilé aux personnels des CFL le plan d’investissement pour la décennie à venir. Comment définiriez-vous cette stratégie?

«C’est un plan que nous avons défini il y a deux ans en essayant de comprendre les défis auxquels nous étions confrontés et quels seront ceux pour les cinq à dix années à venir. Au final, nous avons retenu cinq éléments, à savoir la nécessité d’offrir une offre de qualité qui répond au plus haut standard en termes de sécurité, qui se base sur le savoir-faire de nos personnels et la nécessité d’apporter des solutions innovantes. Le tout pour pérenniser la performance du groupe. Au final, on peut dire que ce sont des priorités, des valeurs. Dans le même processus de réflexion, nous avons abouti à l’élaboration et la mise en place d’une multitude de projets et d’objectifs qui répondent tous à ces valeurs et au sein desquels le client se trouve au centre. Ce n’est pas une réorientation, mais nous avons voulu mettre véritablement le focus sur le client et ses besoins. C’est un message très profond que nous avons voulu transmettre.

Dans ce cadre, quelle est et quelle sera la place du cheminot?

«Nous sommes avant tout un prestataire de service. À la fin de la journée, il faut que ce service soit vraiment à la hauteur, aujourd’hui et demain. Pour les cheminots, avoir des priorités claires et une panoplie de projets – car au cours des six années à venir, énormément de projets vont voir le jour – sont des choses très motivantes pour l’ensemble des personnels. Mais tout cela doit être au service final du client, raison pour laquelle nous étendons la chaîne de mobilité avec des services tels que le ‘carsharing’. Pour moi, cette stratégie n’est aucunement la fin d’un cycle, ce n’en est que le début. Nous sommes l’une des entreprises expertes en mobilité au Luxembourg, nous n’allons donc pas nous arrêter là. Nous allons donc écouter le client pour lui apporter des solutions.

Vous avez estimé, dans votre présentation, que les CFL avaient de la chance d’être dans un pays où des investissements massifs étaient réalisés dans le réseau ferré pour les prochaines années. Que se passera-t-il au-delà de 2023?

«Il est encore trop tôt pour évoquer l’étape qui se déroulera à l’horizon 2025, mais il est clair que nous n’allons pas nous arrêter après cette période. Peut-être qu’il y aura une toute nouvelle dimension que nous ne connaissons pas encore aujourd’hui. Mais il est clair que l’exercice que nous avons effectué pour arriver à cette présentation sera réalisé à nouveau, ce qui signifie que nous aurons besoin de moyens. Je ne peux pas m’imaginer que nous pourrions travailler sur cette lancée sur les 20 ans à venir sans continuité…