Anne Darin-Jaulin (Directrice de l’UCVL)

«Le Black Friday est important pour le commerce»

24 Novembre 2017 Interview par Frédéric Antzorn
Anne Darin-Jaulin, directrice de l’Union commerciale de la Ville de Luxembourg
Anne Darin-Jaulin: «Face à la concurrence des sites d’e-commerce, le Black Friday est l’occasion pour les commerçants de la capitale de se démarquer et d’offrir aux visiteurs une expérience shopping singulière.» (Photo: Gaël Lesure / archives)

Mode – ou du moins pratique commerciale – née aux États-Unis, le Black Friday est en passe de s’imposer au Luxembourg comme partout ailleurs en Europe. Tentative de décryptage avec Anne Darin-Jaulin, directrice de l’Union commerciale de la Ville de Luxembourg.

Madame Darin-Jaulin, que recouvre le concept du Black Friday, est-ce une occasion rêvée avant les soldes d’hiver?

«C’est une tradition qui vient des États-Unis et qui a fait son apparition en Europe depuis 2-3 ans. On ne peut pas encore parler de tradition au Luxembourg, même si l’on ressent clairement l’engouement des clients. Il ne faut pas non plus oublier que la capitale accueille de nombreux expatriés anglo-saxons.

Le principe est que les boutiques proposent un pourcentage de remise sur l’ensemble de leurs produits en stock. D’autres offrent plutôt des réductions plus importantes sur quelques produits ciblés, ou encore élargissent leurs horaires d’ouverture afin de satisfaire tous les clients. Cela dépend du secteur de chacun, mais de manière générale, on peut dire que toutes les activités sont touchées et y participent.

En tant qu’Union commerciale de la Ville de Luxembourg, nous avons aussi pris le pas d’intégrer cet événement dans notre calendrier commercial depuis l’année dernière, au même titre que les braderies ou les soldes.

Il est clair que le Black Friday constitue une action importante pour le commerce et permet de lancer officiellement la période des achats de Noël.

Qu’espérez-vous avec ce type d’action? Une venue «one-shot» ou une fidélisation des clients?

«Il y a une véritable attente des clients pour cet événement, qui coïncide avec le début de Winterlights et des marchés de Noël en ville. Les commerçants se préparent à un flux important, d’autant plus que le vendredi est déjà un très bon jour d’achat en général. Les gens vont se déplacer expressément en ville pour profiter des offres.

Il s’agit donc d’une opportunité pour attirer de nouveaux clients, qu’ils soient résidents, travailleurs ou touristes, mais aussi de pouvoir proposer aux clients fidèles une animation et de leur donner envie de commencer leurs achats de Noël au centre-ville.

Face à la concurrence des sites d’e-commerce, c’est l’occasion pour les commerçants de la capitale de se démarquer et d’offrir aux visiteurs une expérience shopping singulière.

Comment se porte le commerce en ville à quelques semaines de la fin d’année… en attendant le rush de Noël?

«La situation commerciale est relativement stable, malgré de forts contrastes entre les secteurs d’activité et le positionnement de chacun. Il est clair que la période de Noël sera décisive pour dresser un bilan définitif. Il s’agit de la période commerciale la plus importante de l’année, donc les commerçants s’y préparent activement. En définitive, ce sont leurs efforts qui contribuent à renforcer l’attractivité de la ville.»