Sala Makumbundu (Christian Bauer Associés)

«L’architecture durable a toujours existé»

23 Avril 2018 Interview par Paperjam Club
Sala Makumbundu
Sala Makumbundu: «Chaque nouvelle norme va vraisemblablement faire émerger de nouveaux acteurs. Mais la question qu’il faudrait se poser est à mon avis tout autre: Est-il nécessaire de multiplier les normes et les labels? Quelle est la plus-value réelle de ces normes?» (Photo: Christian Bauer Associés)

En amont du «10x6 Architecture: Innovation & Sustainability» organisé par le Paperjam Club le mercredi 25 avril 2018, l’un des orateurs, Sala Makumbundu (Christian Bauer Associés), expose sa vision des enjeux d’une architecture novatrice et soutenable.

Madame Makumbundu, comment la durabilité impacte-t-elle le marché de l’architecture? Est-ce un facteur de différenciation, une valeur ajoutée, ou une contrainte?

«La durabilité a beaucoup d’aspects. Historiquement, l’architecture durable – dans le sens large du terme – a toujours existé: De nombreux bâtiments de différents siècles en témoignent encore aujourd’hui. Dans beaucoup de cas, ces bâtiments sont durables, car leur typologie permet de multiples fonctions, la hauteur des pièces et l’épaisseur des murs permettent de garantir un bon climat à l’intérieur, les matériaux sont souvent régionaux, etc.

Dans ce sens, toute architecture devrait être conçue pour être durable. Les approches peuvent être différentes, et en fonction des projets, les différents aspects de la construction durable peuvent être pondérés différemment – ce qui peut amener à une certaine différenciation. 

La normalisation d’une architecture durable sur le marché européen fera-t-elle émerger de nouveaux acteurs?

«Chaque nouvelle norme va vraisemblablement faire émerger de nouveaux acteurs. Mais la question qu’il faudrait se poser est à mon avis tout autre: Est-il nécessaire de multiplier les normes et les labels? Quelle est la plus-value réelle de ces normes? Trop souvent, elles excluent d’autres approches aussi durables, mais qui ne rentrent pas dans le cadre normatif. Il faudrait plutôt discuter quels sont vraiment les objectifs à atteindre et laisser le choix à chaque maître d’ouvrage et chaque concepteur de proposer la réponse adaptée pour atteindre cet objectif fixé – voire aller au-delà.

Les coûts de l’innovation et de la durabilité sont-ils un frein au développement de l’architecture?

«Innovation et construction durable ne doivent pas nécessairement être plus chères. Si on se laisse le temps en phase de conception de mener les réflexions jusqu’au bout – et peut-être même de tester certaines idées avant de les mettre en œuvre à grande échelle –, on peut trouver des solutions économiquement raisonnables. C’est une question de travail intellectuel, et des fois, même de recherche. De plus, quand on pense réellement au coût de l’innovation et de la durabilité par rapport à toute la durée de vie d’un bâtiment jusqu’à son démontage, un surcoût lors de la construction d’un bâtiment est assez vite amorti si les mesures innovantes et durables sont vraiment bien pensées.»

Les inscriptions au «10x6 Architecture: Innovation & Sustainability» sont ouvertes sur le site du Paperjam Club.