Gilbert Théato (Myenergy Luxembourg)

«Chaque acteur a son rôle à jouer»

26 Juin 2017 Interview par Paperjam.lu
Gilbert Théato
«L’économie 3.0, c’est un monde dans lequel les nouvelles technologies se diversifient», selon Gilbert Théato. (Photo: myenergy)

Dans le cadre du «10x6 Luxembourg durable: vers une économie 3.0?» organisé par le Paperjam Club le mercredi 28 juin, l’un des orateurs, Gilbert Théato (myenergy Luxembourg), expose sa vision de l’évolution de l’économie du Luxembourg.

Monsieur Théato, en quelques mots, quelle est l’activité de votre structure? 

«La mission de myenergy est d’être le partenaire et le facilitateur public de référence pour mobiliser et accompagner la société luxembourgeoise vers une utilisation rationnelle et durable de l’énergie. Nous portons donc une double casquette: nous sommes partenaires des consommateurs d’énergie, comme les particuliers, les entreprises, ou encore les communes, et nous avons également un rôle de facilitateur pour les secteurs concernés par les aspects de l’énergie.

Notre but est d’aider tous ces acteurs à réussir leur transition énergétique de façon durable, et de contribuer à mettre en œuvre une ‘économie 3.0’. Pour ce faire, nous décelons les obstacles qui se mettent en travers de cette démarche et créons les outils qui leur permettront de les surmonter. Nous réalisons des études de marché pour analyser les raisons de certains développements et comportements, et l’origine de certains obstacles. Finalement, nous favorisons des échanges constructifs et durables entre les différents acteurs.

Si l’on vous dit que vous faites partie de l’économie 3.0, comment réagissez-vous? 

«D’une part, je suis d’avis que nous en faisons tous partie. Parce que l’économie 3.0 n’est pas seulement un projet qui va débuter sous peu et qui est réservé à certains acteurs, mais c’est un processus qui est omniprésent, un modèle économique et social qui nous challenge et dans le cadre duquel tous les acteurs de la société ont leur rôle à jouer. 

D’autre part, cette évolution implique un accompagnement, une structuration et une vision cohérente. Pour tout cela, des initiateurs et des précurseurs sont nécessaires. En tant que partenaire pour une transition énergétique durable, et compte tenu de cette transition en tant que composante majeure de l’économie 3.0, myenergy s’empresse d’en faire partie. L’économie 3.0, c’est un monde dans lequel les nouvelles technologies se diversifient et génèrent des systèmes à haute efficacité énergétique, qui mènent à une intensification de l’utilisation des énergies renouvelables, à une mise en valeur de la construction durable, et à un déploiement de l’économie circulaire et partagée. Ces mêmes thématiques sont au cœur de notre métier. Nous désirons participer à l’‘empowerment’ du ‘prosumer’ et être un facilitateur vers un monde plus connecté. 

Notre réaction à l’annonce de faire partie de l’économie 3.0? Nous sommes rassurés et réconfortés dans nos démarches!  

Qui doit être le moteur de cette évolution? Le dirigeants politiques, les entreprises ou les citoyens? 

«L’économie 3.0 est une combinaison de l’évolution au sein de trois grands secteurs: la communication, le transport et la production d’énergie. Avec un internet toujours plus présent et performant, se déclinant dans un ‘Internet of Things’ ou encore un ‘Energy Internet’, avec une électromobilité qui se développe à grands pas, et une production d’énergies renouvelables de plus en plus décentralisée et individualisée, les trois secteurs cités s’interconnectent de plus en plus. Tout ceci se fait à travers une multitude d’acteurs et avec des produits qui sont en partie déjà utilisés par les consommateurs.

De ce fait, il y a à mon avis plusieurs moteurs à cette évolution. Les entreprises développent de nouvelles idées et des produits innovants; elles réfléchissent sur leurs opportunités. Les citoyens, de leur côté, sont curieux d’améliorer leur situation de vie, s’intéressent aux nouvelles technologies, et essaient par conséquent de nouveaux produits. Ils adoptent les propositions souvent élaborées par les entreprises.

Et les dirigeants politiques? Est-ce qu’il ne leur incombe pas de définir un cadre de fonctionnement aux deux acteurs précédents? Les dirigeants politiques n’ont-ils pas un rôle de régulateur, de préparateur d’infrastructures, d’initiateur, et parfois même de précurseur? En tout cas, des préparatifs considérables sont nécessaires pour faciliter la mise en place, garantir l’accès à tous les citoyens, et sécuriser la protection des données d’une économie 3.0. 

Chaque acteur a son rôle à jouer. Les acteurs politiques semblent être ceux qui portent la plus grande part de responsabilité.»

Les inscriptions au «10x6 Luxembourg durable: vers une économie 3.0?» sont ouvertes sur le site du Paperjam Club.