Walter Grzymlas (Fondateur et CEO de Saturne Technology)

«À l’aube d’une véritable révolution industrielle»

15 Juin 2018 Interview par Paperjam.lu
Walter Grzymlas Saturne technology Impression 3D
Walter Grzymlas: «L’impression additive doit être plus performante, moins coûteuse et plus rapide que les procédés traditionnels.». (Photo: Mike Zenari / archives)

Passionné par la métallurgie des matériaux et le soudage laser, Walter Grzymlas crée en 2011 Saturne Technology. Spécialisée dans la fabrication 3D métallique, sa société est devenue un acteur incontournable de l’impression additive, non seulement au Luxembourg, mais aussi dans le monde.

Monsieur Grzymlas, les possibilités de l’impression 3D semblent infinies. Quels sont, à l’heure actuelle, vos principaux domaines d’activité?

«Nous avons trois typologies de clients. La première, et la plus importante, concerne l’aéronautique et l’industrie spatiale. Nous produisons des pièces motrices d’une très grande précision, de l’ordre du 5 centièmes de millimètre. Vient ensuite le secteur médical pour lequel nous réalisons des prothèses et des outils d’opération pour les chirurgiens. Près de 4.000 implants pour les colonnes vertébrales sortent de nos ateliers chaque mois. Le troisième domaine d’application concerne la production industrielle, les usines et ateliers pour lesquels nous fabriquons notamment des moules.

Quelles sont les raisons de votre succès à l’international?

«Tout d’abord, notre business model, qui tient en trois mots: qualité, prix et délai. L’impression additive doit être plus performante, moins coûteuse et plus rapide que les procédés traditionnels. Nous disposons également d’un important savoir-faire. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’impression 3D demande beaucoup de technicité. Il faut tester des solutions, les comparer, les confronter, valider un procédé d’industrialisation, optimiser la pièce pour diminuer les coûts de fabrication et, enfin, valider le lancement de la production en petite, moyenne et grande série.

Comment voyez-vous l’avenir de l’impression 3D? 

«Je pense que nous sommes à l’aube d’une véritable révolution industrielle. Personne ne peut prédire aujourd’hui quand le marché arrivera à maturité. Les machines ont fait des progrès fulgurants ces dernières années et ont divisé par quatre, voire plus, le délai de fabrication. Cela étant, il ne faut pas s’imaginer non plus que l’impression 3D va tout remplacer à l’avenir. Celle-ci est surtout adaptée pour la fabrication de pièces complexes.»