Nomination de Laurent Loschetter

Xavier Bettel dénonce des propos «inacceptables»

05 Septembre 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Xavier bettel Frank Engel
Pour Xavier Bettel, les propos tenus par l’eurodéputé Frank Engel ne sont pas dignes «de la responsabilité» des hommes politiques. (Photo: Christophe Olinger/archive)

Au lendemain de la publication, par Frank Engel (CSV), de critiques virulentes quant au choix de Laurent Loschetter comme président de la radio 100,7, le Premier ministre a tenu à réagir sur sa page Facebook. Et en appelle «au sens des responsabilités».

La polémique autour de la nomination, vendredi, en conseil de gouvernement, de Laurent Loschetter au poste de président de la radio publique 100,7 ne s’est pas éteinte avec l’interview du principal intéressé, lundi. Au contraire. Les échanges musclés tenus entre Corinne Cahen, présidente du DP, et les soutiens de Frank Engel sont désormais dépassés par la prise de parole de Xavier Bettel sur son profil Facebook, lundi soir.

Dans un long post, le Premier ministre dénonce la virulence des propos tenus par le député européen CSV, qui avait assuré que le gouvernement avait pratiqué depuis son entrée en fonction «la plus grande purge dans le service public depuis l’administration civile». Des propos qualifiés d’«inacceptables» de la part du représentant «d’un parti qui avait des décennies de responsabilité gouvernementale propagent une telle représentation de la fonction publique».

Les membres du gouvernement, les députés ou les élus locaux ont une responsabilité.

Xavier Bettel, Premier ministre

Assurant que «le gouvernement ne fait pas de différence entre les personnes qui s’engagent politiquement sur leur temps de loisirs et les autres», Xavier Bettel juge que «chaque être humain mérite le respect du grand public» et assure «qu’il n’y a pas de fonctionnaire de parti», puisque «je ne fais aucune différence dans la motivation [des fonctionnaires, ndlr] et leur compréhension pour se mettre au service des citoyens».

Pour conclure, le Premier ministre estime que «les membres du gouvernement, les députés ou les élus locaux ont une responsabilité» et que «les fonctionnaires et employés d’État doivent être libres de s’engager dans des partis politiques, mais ne sont pas autorisés à en débattre publiquement» dans le cadre de leur fonction.