Dans le Land

Work-life balance d’un jeune fiscaliste

21 Juillet 2017 Par Paperjam.lu
Lëtzebuerger Land
Tomasz Domanski vient d’être élu «meilleur jeune fiscaliste» du Luxembourg. (Photo: Lëtzebuerger Land)

Chaque semaine, Paperjam.lu dévoile les trois grands sujets du Lëtzebuerger Land, dans les kiosques chaque vendredi.

Tomasz Domanski a 23 ans et vient d’être élu «meilleur jeune fiscaliste» du Luxembourg. À un âge où beaucoup vont manifester contre la globalisation néolibérale, le juriste polonais, qui a atterri à Luxembourg via le programme d’échange Eramus, se passionne à analyser et à monter des structures fiscales d’entreprises actives à échelle mondiale. Dans son temps libre, il fait du footing et aime regarder des séries télévisées sur les avocats. Mais de temps libre, il n’en a pas beaucoup. Assistant scientifique à mi-temps, deux thèses en parallèle, voyages d’échange en réseau universitaire — la vie de ce «jeune fiscaliste» ne semble en fin de compte pas si différente de celle d’un «vieux fiscaliste».

Malformation congénitale

Los de la dernière session parlementaire avant les grandes vacances, une majorité des députés a donné son feu vert pour la loi sur le centre éducatif de l’État à Dreiborn. Le texte précise les droits des futur(e)s détenu(e)s de l’unité de sécurité (Unisec). La nouvelle loi leur accorde ce que l’État luxembourgeois leur avait toujours refusé: le droit de recours devant un tribunal en cas de soupçon de maltraitance ou d’abus de pouvoir. Mais alors que les politiciens responsables disent ouvrir un nouveau chapitre dans le travail social et rééducatif, ils n’ont pas eu le courage d’interdire, une bonne fois pour toutes, l’incarcération des mineurs dans le centre pénitentiaire pour adultes. Ce sont justement les juges du tribunal de la jeunesse qui demandent que cette porte arrière reste ouverte, contre les avis des travailleurs sociaux, psychologues et organisations des droits de l’Homme. 

Organisations paragouvernementales

Ce n’est pas encore officiel, mais ce sera bien Christopher Lilyblad qui succédera à Christine Dahm comme directeur du Cercle de coopération des ONG de développement en septembre 2017. Âgé de 29 ans et muni des lettres de noblesse des universités anglo-saxonnes, Lilyblad présente le profil type du public manager. Au Cercle des ONG, il aura à rassembler un secteur hétérogène. Le Luxembourg présente une densité en ONG sans pareille: 93 ONG agréées se marchent sur les pieds sur un marché aussi exigu que rentable. Or, les logiques d’appareil, souvent assez prosaïques, de ce secteur économique sont rarement discutées. Le Land tente une analyse du marché du développement.