Développement

Wizata s’enhardit, le Digital Tech Fund la suit

04 Juin 2018 Par Jonas Mercier
Wizata dispose d’une expertise particulière dans le domaine de la métallurgie et compte comme client ArcelorMittal, Paul Wurth et Aperam.
Wizata dispose d’une expertise particulière dans le domaine de la métallurgie et compte comme client ArcelorMittal, Paul Wurth et Aperam. (Photo: Wizata)

La start-up luxembourgeoise propose d’optimiser le rendement des lignes de production de l’industrie manufacturière grâce à du machine learning. Elle travaille notamment avec ArcelorMittal. Le fonds public-privé luxembourgeois a investi 500.000 euros, dans le cadre d’une levée d’1,5 million, pour accélérer son développement.

C’est une étoile montante de la scène start-up du Luxembourg. Créée en 2014 par Jean-Philippe Hugo, alors jeune consultant technique chez le prestataire de services IT Nerea, Wizata s’était fait remarquer en 2016 en remportant le Prix de la start-up de l’année aux ICT Awards.

Depuis, elle s’était faite discrète pour peaufiner sa technologie. Celle-ci analyse, grâce à de l’intelligence artificielle, le comportement des lignes de production dans l’industrie manufacturière et fait des recommandations aux ingénieurs pour optimiser le rendement et améliorer la qualité du produit fini. Wizata vient donc de refaire surface en annonçant sa première levée de fonds.

La jeune pousse a récolté 1,5 million d’euros, dont un tiers provient du fonds public-privé Digital Tech Fund. «Cet apport de capital va nous permettre de continuer à améliorer notre solution, mais aussi de développer notre marché à l’international, notamment en ouvrant des bureaux en Allemagne et en France», explique Philippe Hugo, le jeune CEO de l’entreprise.

Une expertise reconnue

Si Wizata a développé une technologie qui vise l’ensemble des activités manufacturières, elle dispose d’une expertise particulière dans le domaine de la métallurgie. Elle compte comme client les plus grands groupes du secteur présents au Luxembourg, à savoir ArcelorMittal, Paul Wurth et Aperam.

«La qualité de production dans ces industries de transformation des matières premières n’est pas stable et nécessite en permanence l’ajustement des paramètres», détaille Jean-Philippe Hugo. «Notre intelligence artificielle analyse le fonctionnement des machines et le rapporte aux ingénieurs pour les aider dans leur tâche.»

C’est aussi l’équipe de Wizata qui nous a poussés à investir.

Marc Gendebien, manager du Digital Tech Fund

«La digitalisation des processus industriels est en train de s’accélérer et le marché est gigantesque», explique Marc Gendebien, partenaire fondateur d’Expon Capital et manager du Digital Tech Fund. «Le fait de travailler avec les plus grands groupes de l’industrie métallurgique est la preuve que leur compétence est reconnue. Mais c’est aussi l’équipe de Wizata, composée de gens compétents et qui ont longuement muri leur projet, qui nous a poussés à investir.»

La start-up, qui a son siège à Windhof, souhaite continuer à investir dans la recherche et le développement pour grandir sur ce marché en plein développement. Elle compte à l’heure actuelle une quinzaine de collaborateurs et a pour objectif de doubler ses effectifs dans les mois à venir.