Dans le land

The Void

05 Avril 2018 Par Paperjam.lu
Land
Dans ce numéro, le Land revient notamment sur la start-up Leko Labs.  (Photo: d'Lëtzebuerger Land)

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, focus sur la place de l’Étoile et sur les terrains qui sont en friche.

La place de l’Étoile dans la capitale est un endroit étrange parce qu’il s’agit d’un des carrefours les plus importants permettant aux habitants de l’ouest et du nord d’entrer en ville ou de la traverser, et aux autres de la quitter. Or, au sud de la route d’Arlon et dans le triangle entre la route d’Arlon et la rue de Rollingergrund, les terrains sont en friche. Mais ils ne sont pas laissés à l’abandon comme d’autres endroits abandonnés, où des utilisations spontanées s’inventent au jour le jour: ils sont soignés, l’herbe est régulièrement coupée et, surtout, ils sont délimités pas des clôtures impeccables. Ce qui signifie au passant que non, ce n’est pas un espace public mais privé. L’absence d’une utilisation quelconque ne permet pas d’imaginer des destinations communautaires, impossible d’y improviser un pique-nique urbain ou d’y installer quelques food trucks ou des installations artistiques. Le propriétaire dit bien: c’est à moi, ouste! Et c’est probablement ce qui choque le plus: cette arrogance des spéculateurs fonciers de faire un doigt d’honneur à la collectivité, de soustraire du terrain à une utilisation judicieuse et sensée. Surtout dans une ville qui manque si cruellement de terrains constructibles. Petite visite demain dans le Land.

Augmentation du salaire social de 20%

Le parti communiste est le premier à présenter son programme électoral pour les législatives en octobre. Comme ses chances d’accéder au pouvoir et de réaliser son programme sont plutôt minimes, le programme ne fait pas de promesses, comme ceux des autres partis, mais il pose des revendications. En invitant les électeurs à voter communiste pour forcer le gouvernement à répondre à ces demandes. Avec sa tradition ouvrière bientôt centenaire, le parti met l’accent sur le monde du travail, les salaires, les conditions de travail, les retraites. Bien qu’il se serve d’une rhétorique anticapitaliste intransigeante, ses propositions sont souvent proches de celles formulées par le LSAP – mais augmentées systématiquement de 10%. En fin de compte, beaucoup de revendications rappellent les taux d’imposition et les transferts sociaux en vigueur avant le grand tournant néolibéral des années 80 et qui semblent aujourd’hui tellement radicaux.

Sortir de l’âge de la pierre

La start-up Leko Labs veut révolutionner le secteur de la construction avec ses structures en bois 100% recyclables faites sur mesure. La production au Technoport à Foetz doit démarrer bientôt, des contrats de commandes sont dans les tuyaux, car la technologie Leko fait gagner aux promoteurs des mètres carrés de surface habitable, si précieuse au Luxembourg. Mais pour arriver à ce stade-ci, les fondateurs ont dû abandonner bien des rêves et changer de stratégie plus d’une fois.