#Hubradar

Vers l’ère du «voice and collect»?

11 Juin 2018 Par Hub Institute
livraison colis assistant vocal
Une nouvelle fonctionnalité disponible sur les assistants vocaux devrait notamment permettre de commander et payer un produit simplement en discutant avec son assistant intelligent. (Photo: Licence C.C.)

Emmanuel Vivier et le HUB Institute vous proposent chaque jour le #HUBRADAR, une sélection des tendances et des meilleures innovations technologiques en trois articles.

Médias américains: super Facebook à la rescousse

Après les «instant articles», Facebook s’apprête à mettre un pied dans le monde du journalisme avec sa plate-forme Watch. Celle-ci accueillera désormais des contenus vidéo inédits produits par de grands médias américains (CNN, Fox News, ABC News…). Si le géant du numérique financera chaque programme à hauteur de 1 à 3 millions de dollars par an, il assure que les médias auront une totale liberté éditoriale.

Avec ce deal, les deux parties sont assurées d’y gagner: en produisant du contenu en partenariat avec Facebook, les médias ont l’espoir de voir leur reach augmenter. Pour le réseau social, c’est une façon de montrer qu’il lutte contre les fake news tout en redorant son image après l’affaire Cambridge Analytica.

Vers l’ère du «voice and collect»?

Chaînon manquant des assistants vocaux, le paiement s’apprête à faire son entrée sur Google Assistant et Alexa. Cette nouvelle fonctionnalité devrait notamment permettre de commander et payer un produit simplement en discutant avec son assistant intelligent. En France, c’est le groupe Fnac Darty qui sera le premier à proposer cet outil, en permettant de commander oralement un produit parmi les meilleures ventes et les nouveautés dans quatre catégories.

Les banques sont nombreuses à chercher à se développer sur le secteur. Le but: permettre de payer des factures, de rembourser un prêt ou demander un virement d’une simple requête vocale. La banque singapourienne OCBC a d’ores et déjà sauté le pas et annonce que les paiements via la voix lui permettent d’enregistrer une croissance mensuelle de 20% sur son application de paiement.

Start-up: les Gafa m’ont tuer

Les start-up ont elles vocation à continuer d’exister? Pour Mathieu Quétel et Eric Villemin, consultants de Company Doctors, ces entreprises sont menacées par… les Gafa! Ces derniers ont en effet multiplié les rachats de start-up ces dernières années. S’il s’agit le plus souvent pour eux de se positionner sur des secteurs-clés afin de dynamiser leur croissance (comme en témoignent les rachats de Whatsapp, Waze ou Nest), ils n’hésitent pas à tuer dans l’œuf leurs concurrents potentiels. L’exemple le plus probant: le rachat de Quidsi par Amazon, qui avait alors usé d’une stratégie commerciale extrêmement agressive pour attirer la start-up dans son giron. Et gare à ceux qui refuseraient de se soumettre! Les entreprises contrevenantes s’exposent alors à un pillage en règle de leurs fonctionnalités comme l’a fait Facebook avec Snapchat (story) et Twitter (hashtag).

S’abonner à la veille digitale #HUBRADAR proposée par le HUB Institute.