Agenda politique

Vente de la Bil: vers une annonce vendredi

31 Août 2017 Par Thierry Raizer
Pierre Gramegna, ministre des Finances
Pierre Gramegna s’entretiendra vendredi après-midi avec les députés de la commission des finances au sujet de la vente annoncée de la Bil dans la presse. (Photo: Sven Becker / Archives)

L’annonce de la vente potentielle de la Banque internationale à Luxembourg (Bil) au holding chinois Legend Holdings Corporation s’invite à l’agenda politique de fin de vacances.

Selon le Wort qui mentionne mercredi soir une source proche du dossier, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, pourrait officialiser ce vendredi le passage de la Bil sous pavillon chinois. Et donc effectuer une annonce concernant la vente des 90% de la banque détenus par le holding Precision Capital, lui-même propriété de la famille royale Al-Thani du Qatar.

Le Wort indique toujours que le ministre des Finances informera tout d’abord le conseil de gouvernement – qui doit se réunir à nouveau ce vendredi après la pause estivale - et la commission parlementaire des finances. Le site internet de la Chambre précise que Pierre Gramegna partagera, à 14 heures, ses explications «relatives aux articles de presse concernant la Bil».

Depuis les dernières publications de Bloomberg en juillet, c’est l’actionnaire chinois du fabricant informatique Lenovo, Legend Holdings Corporation, qui est cité comme candidat sérieux.

«Pas de plan social»

Sur le front de l’emploi, le syndicat LCGB a indiqué mercredi par voie de communiqué avoir adressé «une demande d’entrevue à la direction de la Bil afin d’obtenir des informations suite aux annonces faites par la presse». La direction de la banque s’était déjà voulue rassurante en juillet dernier lorsque des informations étaient parues dans la presse. 

Fin juin, à l’occasion d’une interview accordée à Paperjam, le président du conseil d’administration de la Bil, Luc Frieden, déclarait vouloir veiller «à ce que si jamais il devait y avoir un quelconque changement, la banque reste, comme par le passé, la banque luxembourgeoise forte qu’elle est aujourd’hui. Pour le personnel, quel que soit l’actionnaire, il n’y a pas de plan social envisagé dans les deux ou trois années à venir.»

L’ancien ministre des Finances en poste en 2012 est à nouveau en première ligne de l’opération. Actionnaire depuis le 5 octobre 2012, Precision Capital avait en effet déboursé à l’époque quelque 656 millions d’euros. Un investissement, effectué parallèlement à l’acquisition de KBL epb, qui a déjà rapporté quelque 193 millions d’euros à Precision Capital.

Montée en puissance chinoise

Nécessitant l’aval de la Banque centrale européenne (BCE), la vente des parts de Precision Capital posera - à nouveau - la question d’une cession éventuelle des parts détenues par l’État luxembourgeois dans la banque (10%).

Si l’opération se concrétise, elle renforcera la présence de la Chine sur la place financière luxembourgeoise, alors qu’une 7e banque, China Everbright Bank, a récemment reçu les agréments nécessaires pour s’établir au Luxembourg.