Commerce

Une page se tourne, doucement, chez Alinéa

06 Février 2019 Par Céline Coubray
Elmira Najafi  sera désormais à la tête de la librairie Alinéa.
Elmira Najafi sera désormais à la tête de la Librairie Alinéa. (Photo: Nader Ghavami)

Alors qu’il y a plus d’un an, Alinéa annonçait sa fermeture, la librairie a retrouvé de la vigueur et comptera, à partir du 1er mars, une nouvelle responsable: Elmira Najafi.

La Librairie Alinéa a connu des hauts et des bas. Cette institution du centre-ville de la capitale avait annoncé en mai 2017 sa fermeture, ce qui avait provoqué une vague de soutien de la part de ses clients. Cette fermeture avortée aura eu pour conséquence l’évolution du commerce sous forme de coopérative, un regain d’énergie et une amorce de diversification avec l’introduction de la vente de disques vinyles.

Aujourd’hui, la librairie se porte bien, les clients restent fidèles, et le libraire-fondateur Edmond Donnersbach a trouvé en la personne d’Elmira Najafi un digne successeur.

Une amoureuse des livres

Cette jeune femme de 35 ans n’est pas totalement inconnue au sein de l’équipe, car elle a déjà travaillé pour la librairie il y a une dizaine d’années, avant de retourner vivre en Iran, son pays d’origine. Mais cette économiste de formation est surtout une accro des livres et aime vivre parmi eux.

Aussi, elle n’hésite pas à répondre positivement à la proposition d’Edmond Donnersbach de diriger la librairie, et revient vivre au Luxembourg pour prendre officiellement les rênes de ce commerce culturel le 1er mars. «Je suis très heureuse de ce qu’est la librairie aujourd’hui. Nous avons une clientèle fidèle, un choix et un stock de livres incomparables au Luxembourg, en plus d’un lieu qui a une âme», déclare Elmira Najafi à Paperjam. «Je ne viens pas pour tout changer, mais je souhaite quand même apporter quelques évolutions.»

Elmira Najafi explique les évolutions de la librairie. Photo : Nader Ghavami

Elmira Najafi explique les évolutions de la librairie. (Photo: Nader Ghavami)

Une évolution en douceur

Si la vente des livres reste toujours le cœur de l’activité de la librairie, quelques produits complémentaires de qualité vont apparaître sur les rayonnages, comme des carnets de notes, des cartes postales et des agendas, avec des produits vendus exclusivement au Luxembourg chez Alinéa.

«Il est aussi prévu que nous changions un peu la disposition des rayons. La section beaux-arts et photographie, par exemple, va monter sur la mezzanine pour profiter de la belle lumière naturelle. Le rez-de-chaussée sera exclusivement réservé aux ouvrages de fiction, à la littérature. Il est possible que le rayon enfant bouge également.»

Le rez-de-chaussée sera réservé aux ouvrages de fiction. (Photo: Nader Ghavami)La mezzanine accueillera le rayon beaux-arts. (Photo: Nader Ghavami)Le rayon Jeunesse pourrait aussi changer de place. (Photo: Nader Ghavami)

De nouveaux rendez-vous

Elle n’oublie pas non plus qu’une librairie peut vivre par les rencontres et la convivialité avec ses clients. Les Jeudis d’Alinéa sont maintenus, un rendez-vous mensuel apprécié pour discuter d’une sélection de livres. Elmira Najafi souhaite également mettre en place un nouveau rendez-vous thématisé sur la culture d’un pays, «un rendez-vous informel qui mélangera littérature, dégustation de spécialités culinaires et découvertes artistiques».

L’action Blind Date With a Book est mise en avant dans la vitrine. (Photo: Nader Ghavami)La couverture est cachée, seuls trois mots-clés orientent le choix. (Photo: Nader Ghavami)

Aussi, elle a déjà mis en place une nouvelle initiative: «Blind date with a book». «Le principe est simple: tous les mois, l’équipe décide d’un thème littéraire. Pour le mois de février, par exemple, c’est l’amour, Saint-Valentin oblige. Nous réalisons une sélection de livres que nous emballons individuellement dans un papier kraft. Le client a comme seule indication trois mots-clés qui peuvent le guider dans son choix. Pas de titre, par d’auteur, pas de résumé, pas de couverture. L’idée est de se laisser surprendre, d’accepter la découverte. Jusqu’à présent, nous avons eu de très bons retours, et près de la moitié des livres que nous avons prévus pour février sont déjà vendus!»

Quant à l’arrivée prochaine de la Fnac, cela ne lui fait pas peur, car «nous ne faisons simplement pas le même métier», affirme-t-elle.