Ouverture du boulevard Kockelscheuer (2/5)

Une nouvelle porte d’entrée dans la capitale

29 Août 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Ban de Gasperich
Situé directement à côté de l’actuel rond-point Gluck, qui sera transformé en carrefour à haute capacité, le CNIS (ici, en bas, à gauche) doit entrer en service en 2020. (Crédit: PAP Grossfeld)

L’inauguration, lundi, du boulevard Kockelscheuer est l’occasion de présenter les nouvelles infrastructures installées le long de l’artère principale de la Cloche d’Or. Poursuite de cette série avec le futur carrefour Gluck et le Centre national d’incendie et de secours (CNIS).

Situé le long de l’autoroute A3, qui relie la France à Luxembourg-ville, le Ban de Gasperich est devenu, depuis l’inauguration officielle du boulevard Kockelscheuer, un nouveau point d’entrée majeur dans la capitale. Les automobilistes peuvent désormais emprunter cette artère pour accéder au réseau autoroutier via un passage obligé par l’actuel rond-point Gluck. Une infrastructure routière qui sera amenée à évoluer pour être transformée en carrefour à grande capacité, équipé de feux rouges.

Évoqué dès 2014 par François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable et des Infrastructures, ce projet doit permettre d’«absorber le trafic qui va de fait augmenter avec l’arrivée des boulevards Kockelscheuer et Raiffeisen». Une hausse estimée par les Ponts et Chaussées à 80% par rapport au niveau actuel, à savoir une fréquentation de 60.000 véhicules quotidiens. Dont 11.000 en provenance exclusive du boulevard Kockelscheuer, selon les prévisions de l'administration. Ce qui en fait d’ores et déjà l’un des points d’entrée principaux de la capitale, dont toutes les pénétrantes sont saturées.

Pour faire face à la hausse du trafic liée à l'ouverture du boulevard Kockelscheur, le rond-point Gluck sera transformé en carrefour qui reliera notamment la Cloche d'or à la nouvelle N3. (Crédit: Ponts et Chaussées)

La transformation du rond-point en carrefour doit se faire à la suite des travaux de réalisation de la nouvelle N3, destinée notamment à permettre la circulation du tram entre la gare et Bonnevoie et créer de nouveaux aménagements entre Bonnevoie et la gare de Howald. Dont l’élargissement du by-pass de la rocade de Bonnevoie. Selon les prévisions du ministre, la construction de cette nouvelle voie doit être achevée en 2018. La réalisation du carrefour pourrait pour sa part s’achever en 2020.

Un timing encore officieux, mais qui coïnciderait avec la date de transfert prévu du centre d’intervention des pompiers professionnels et bénévoles, actuellement basé route d’Arlon. Le CNIS, situé directement à côté du futur carrefour pour permettre des départs en intervention plus rapides, regroupera non seulement le centre de secours de la capitale, mais aussi des services nationaux, tels que l’Administration des services de secours et l’École nationale des services d’incendie et de sauvetage. Un projet de 121,6 millions d’euros, installé sur 5,2 hectares et 39.000m2 de bâtiments, financés conjointement par la Ville (55,8%) et l’État (44,8%).

Pour compenser l’emplacement plus périphérique du principal centre de secours de la capitale, de nouvelles casernes doivent voir le jour. Ce sera notamment le cas au sein de l’aéroport, où l’actuelle sera déplacée pour répondre aux normes européennes et remplacée par une double caserne. Une première destinée purement aux interventions sur l’aérodrome, la seconde destinée à intervenir aux alentours du Findel. D’autres nouveaux lieux d’intervention seraient également en cours d'analyse.