Travaux entre Luxembourg et Bettembourg

Une matinée tranquille sur la ligne 90

12 Février 2018 Par Frédéric Antzorn
SNCF
Aucune difficulté particulière n’a été à déplorer ce lundi matin pour les utilisateurs de la ligne Nancy-Luxembourg, limitée à Bettembourg. (Photo: paperJam.lu)

Le plan de circulation mis en place par la SNCF et les CFL pour pallier la fermeture de la ligne ferroviaire Luxembourg-Bettembourg s’est déroulé sans encombre ou presque ce lundi matin.

Dans le cadre des travaux et de la fermeture de la liaison ferroviaire reliant Luxembourg à Bettembourg, la galère annoncée pour les utilisateurs des lignes 60, 60a et surtout 90 n’a pas eu lieu.

Du moins pas ce lundi matin, premier véritable test pour des milliers de travailleurs frontaliers français et autres navetteurs du sud du pays, confrontés à cette fermeture et invités à suivre un plan de circulation de substitution élaboré conjointement entre les CFL et la SNCF.

Selon les premiers retours recueillis par les CFL, «tout semble avoir bien fonctionné ce matin», a indiqué la responsable de la communication des chemins de fer luxembourgeois, Alessandra Nonnweiler.

Un constat partagé – et parfois relayé sur les réseaux sociaux – par de nombreux utilisateurs de ces lignes, ayant le plus souvent opté pour le train pour rejoindre Bettembourg, puis pour le service de bus de substitution déployé par les CFL pour leur permettre de rejoindre Luxembourg.


Autre observation partagée, en cette semaine de congés au Luxembourg, il y avait – à l’une ou l’autre exception près – moins de monde dans les trains que d’habitude, d’autant que certains ont également choisi d’utiliser, seuls ou en covoiturage, la voiture durant ces cinq jours pour rejoindre leur lieu de travail, via l’A31 puis l’A3 – assez fluides ce lundi matin.

Les deux trains spéciaux mis en place entre Metz et Luxembourg via Longwy, nécessitant près de deux heures de trajet, ont été quant à eux été très peu utilisés, affichant un taux de fréquentation de 5% pour le premier et de 40% pour le second.


Seul petit couac finalement, certains utilisateurs de lignes de bus transfrontalières gérées par le RGTR ont dû payer leur billet à bord, alors que leur abonnement de chemin de fer devait suffire à les faire voyager gratuitement.

«L’information n’a pas été transportée jusque là où elle aurait dû l’être», a reconnu Alessandra Nonnweiler, précisant que certains chauffeurs de bus n’avaient pas été avertis.

Ce que les CFL et la SNCF ont corrigé dans la matinée, tout en précisant que les voyageurs invités à acheter un billet seraient remboursés.

Pour ce faire, munis d’une copie de leur carte d’identité, de leur abonnement et de leur billet qu’ils ont été invités à payer, ils doivent contacter par e-mail les CFL ([email protected]) qui les recontacteront pour leur fournir les modalités de ce remboursement.

Ou, deuxième option, contacter la SNCF au centre de relation client au (00.33)8.05.41.54.15.