Liste européenne des paradis fiscaux

Une liste noire incomplète sans le Luxembourg?

13 Décembre 2017 Par Camille Frati
Parlement européen
La liste noire de l’UE oublie des pays européens selon certains eurodéputés, reprenant la liste publiée par Oxfam. (Photo: Flickr)

Les eurodéputés sociaux-démocrates, verts, de la gauche radicale et certains de droite ont appelé mardi à ajouter quatre pays sur la liste noire officielle des paradis fiscaux présentée par l’UE la semaine dernière. Dont le Luxembourg.

Aucun pays de l’UE ne figure sur la liste noire des paradis fiscaux validée par l’Ecofin la semaine dernière. Une erreur selon l’eurodéputé danois Jeppe Kofod. «Il nous faut une liste noire des paradis fiscaux qui soit juste», a-t-il plaidé lors d’un débat au Parlement européen à Strasbourg mardi, rapporte l’AFP. Nous devons nous pencher sur les membres de notre famille et nettoyer tout ce qu’il faut nettoyer au sein de l’UE.» Sachant que M. Kofod n’est autre que le co-rapporteur de la commission d’enquête Pana sur le blanchiment de capitaux, l’évasion fiscale et la fraude fiscale.

Les pays européens doivent mettre de l’ordre chez eux.

Werner Langen, président de la commission Pana

La liste noire comprend 17 pays auxquels les eurodéputés des groupes S&D, Verts, GUE et certains du PPE ajouteraient bien les Pays-Bas, l’Irlande, le Luxembourg et Malte. «L’UE ne peut pas se contenter d’avoir des exigences vis-à-vis des pays tiers, indique Werner Langen, président chrétien-démocrate de la commission Pana. Les pays européens doivent mettre de l’ordre chez eux.»

De son côté, le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a rappelé mardi qu’aucun pays européen n’était un paradis fiscal. «Cela dit, il y a de très graves problèmes et de très graves manquements dans un certain nombre de pays de l’UE, et si le Parlement estime que cela justifie le fait de l’inscrire en tant que paradis fiscal, c’est votre droit de le faire», a-t-il estimé devant les eurodéputés. Et de condamner les «suspicions de fraude à la TVA existant à Malte, dans l’île de Man» ou encore certaines législations néerlandaises.

Interrogé par France Info et le Huffington Post sur ce sujet, Nicolas Mackel, directeur de Luxembourg for Finance — présenté par France Info comme le «lobby de la place financière» luxembourgeoise — a défendu les efforts du Luxembourg en matière de transparence «depuis plusieurs années», notamment via l’échange automatique d’informations fiscales.