Mobilité

Une grille tarifaire revisitée sur les TER Grand Est

14 Août 2017 Par Camille Frati
trains frontaliers
Le tarif des abonnements pour les frontaliers français s’adaptera au 2e trimestre 2018 aux modifications de la grille dans la région Grand Est et après négociation avec les CFL. (Photo: Étienne Delorme / archives)

La région Grand Est, en France, a adopté cet été une nouvelle gamme tarifaire unique sur l’ensemble de ses territoires. Les abonnements frontaliers sont pour l’instant épargnés.

Conséquence de l’unification des anciennes régions administratives de la Lorraine, de la Champagne-Ardenne et de l’Alsace sous la bannière de la région Grand Est, l’offre de transports ferroviaires régionaux poursuit son uniformisation.

En décembre dernier, l’assemblée plénière de la région Grand Est a adopté la nouvelle convention d’exploitation du TER Grand Est, qui régit l’organisation et le financement des TER pour une période de huit ans. Et promis d’exploiter la liberté tarifaire octroyée par un décret de mars 2016.

C’est chose faite depuis un vote du 13 juillet dernier à la commission permanente du conseil régional. Objectif: harmoniser et simplifier les gammes tarifaires très disparates d’un territoire à l’autre, en promettant l’application de tarifs plus avantageux que les tarifs nationaux pour les passagers traversant la région (de Nancy à Strasbourg, ou de Thionville à Charleville-Mézières, par exemple).

Deux classes d’âge

La nouvelle grille tarifaire, qui s’appliquera à partir du 1er septembre, s’organise autour de l’âge des passagers. Les moins de 26 ans, qu’ils soient étudiants, apprentis, salariés ou sans emploi, auront accès au tarif Primo, qui leur permet de circuler à tarif réduit sur les trajets TER Grand Est de leur choix, au moyen d’abonnements hebdomadaires, mensuels ou annuels, ou bien d’une carte annuelle leur offrant des réductions à chacun de leurs voyages. Les salariés de moins de 26 ans pourront toujours bénéficier de la participation employeur de 50% sous conditions.

Les 26 ans et plus se voient offrir le tarif Presto, sur le même modèle que le précédent: soit en abonnement, soit en carte, pour ceux qui ne voyagent pas tous les jours. La participation employeur de 50% reste également ouverte sous conditions.

Les abonnements Primo comme Presto conservent la possibilité de se combiner avec des abonnements urbains dans les principales villes du Grand Est. La tarification sera adaptée à la rentrée 2018.

Négociations à venir pour les tarifs frontaliers

Ces changements affectent l’ensemble des trajets au sein de la région Grand Est et pourront occasionner selon les cas une hausse ou une baisse des tarifs par rapport à ceux pratiqués actuellement.

La situation des frontaliers reste en suspens. D’après les informations obtenues par l’Association des voyageurs du TER Metz-Luxembourg (AVTERML), les abonnements Flexway et Flex Pass restent en vigueur à tarif identique, mais pourraient augmenter ou baisser en fonction de la ligne empruntée d’après le nouveau barème kilométrique. Les négociations entre la SNCF et les CFL débuteront à la rentrée et devraient aboutir à une nouvelle tarification au cours du 2e semestre 2018. Une chose est sûre: l’abonnement annuel permettra toujours de payer 10,5 mois au lieu de 12.

Quant aux étudiants français inscrits au Luxembourg, le flou reste de mise. Ils bénéficieront a priori du tarif Primo ou Presto selon leur âge, mais la combinaison avec un abonnement luxembourgeois demeure incertaine depuis que le gouvernement luxembourgeois a annoncé la gratuité des transports pour les étudiants au Grand-Duché.

La SNCF prévoit de déployer un dispositif d’information dans les gares de Nancy et Metz de 6 à 10h et de 16 à 19h du lundi au vendredi, entre le 28 août et le 15 septembre (et les samedis 2 et 9 septembre de 14 à 18h), et dans les gares de Pont-à-Mousson et Thionville aux mêmes horaires, du 28 août au 8 septembre les lundis, mardis, jeudis et vendredis.