Le tram d’hier à aujourd’hui (2/5)

Un pôle d’échange pour mieux avancer

06 Décembre 2017 Par Céline Coubray
Pôle d'échange intermodal
Le futur pôle d’échange intermodal sera une nouvelle entrée en ville au Kirchberg. (Illustration : Quick-it)

En entrée de ville, au niveau du rond-point Serra au Kirchberg, un nouveau pôle d’échange intermodal est en construction. Un équipement pivot dans le rouage de la nouvelle mobilité en ville.

C’est l’association momentanée composée de Pohl Architekten et Steinmetzdemeyer, épaulée par les ingénieurs Goblet Lavandier & Associés, InCA et Schroeder & Associés, qui a conçu le nouveau pôle d’échange multimodal Serra, qui est actuellement en train de sortir de terre à la frontière de la ville. Développé sur l’ancien P+R de Luxexpo, ce nouvel équipement va accueillir devant sa porte la première station de tram de la nouvelle ligne, ainsi qu’une gare de bus, un P+R, une station de Vel’oh et deux tours de bureaux.

«Cet ensemble permet de changer de mode de transport entre l’extérieur et l’intérieur de la ville», explique Arnaud De Meyer, de Steinmetzdemeyer. «Les bus régionaux RGTR y déposent leurs voyageurs, qui peuvent choisir de poursuivre leur chemin en tram, en bus, à vélo ou à pied. Les automobilistes y trouvent aussi un parking gratuit les incitant à utiliser les autres modes de transport en commun sur le territoire de la ville. Comme il s’agit également de la première adresse de l’avenue Kennedy, des bureaux étaient souhaités. Nous y avons ajouté un ascenseur panoramique pour que les usagers profitent de l’animation de la rue et de la perspective vers la forêt du Grünewald.»

Illustration : Quick-itIllustration : Quick-itIllustration : Quick-it

Une gare de bus pensée pour les usagers

Plutôt que de concevoir ce bâtiment comme un équipement technique dédié aux voitures et aux bus, ce sont les usagers du site qui sont placés au cœur de la réflexion. Tous les espaces sont conçus pour apporter du confort aux individus et créer une expérience positive pour que cette pratique de changement de mode de transport en faveur du transport en commun devienne une évidence.

La gare de bus a été conçue dans cette direction. Les piétons ne traversent pas les différents quais de bus, mais ce sont les bus qui circulent autour d’eux. Les quais sont aussi longs et spacieux pour plus de confort, et sont ainsi comme une prolongation des espaces de trottoirs. «En sortant du bus, c’est comme si l’espace public vous accueillait», souligne Arnaud De Meyer. Cette gare de bus, qui prend toute la surface du terrain, sera opérationnelle dès 2018 et c’est au-dessus de celle-ci que va se poursuivre la construction du P+R et des tours de bureaux. C’est une première au Luxembourg, et il a fallu trouver une réponse à la fois législative et technique pour mettre en œuvre cette conception. C’est ainsi que la gare des bus est coiffée par une grande table en béton soutenue par des piliers, comme une fondation hors-sol pour le reste de la construction.

 STDM)(Illustration:STDM)(Illustration:STDM)(Illustration:STDM)(Illustration:STDM)

Créer une nouvelle adresse

Pour les architectes, il s’agissait aussi de créer une nouvelle adresse et de compléter la perspective de l’entrée de ville de ce côté du plateau de Kirchberg. Le bâtiment a comme voisins l’imposant complexe de la BGL BNP Paribas (architectes: M3 Architectes) et le rond-point Serra que le paysagiste Peter Latz considère comme la rotule entre la forêt et la ville. Pour l’équipe conceptrice, il s’agit donc de trouver la bonne échelle, entre l’architecture de hauteur, la sortie d’autoroute, l’échelle du piéton et la liaison avec la courbure du rond-point. Les architectes ont fait le choix de mettre en place un dialogue avec l’environnement direct du bâtiment, de créer un ensemble cohérent, plutôt que d’entrer en concurrence avec ce dernier. Pour ce faire, une façade vibrante dans sa perception visuelle fait écho aux arbres de la forêt, alors que côté Kirchberg, la façade est plus mouvante avec des «poteaux dansants» qui évoquent la marche. Le morcellement des différentes parties du bâtiment permet de conserver une échelle humaine, y compris depuis le trottoir.

Cet ensemble fait partie des neuf pôles intermodaux qui sont projetés dans le cadre du déploiement du tram et qui, en plus de celui-ci, se trouvent à Héienhaff, Pafendall Rout Bréck, Stäreplaz, Gare centrale, Lycée Bonnevoie, Howald et Cloche d’Or.

(Illustration:STDM)(Illustration:STDM)(Illustration:STDM)(Illustration:STDM)(Illustration:STDM)(photo: STDM)(photo: STDM)(photo: STDM)