Conseil de gouvernance

Un budget et un plan quadriennal sous le sapin pour l’Uni

12 Décembre 2017 Par Camille Frati
Uni Belval
Avec un budget bouclé et un plan quadriennal en poche, l’Université aborde l’année 2018 de manière plus sereine que 2017. (Photo: Mike Zenari / archives)

Le conseil de gouvernance a clôturé sa 11e séance de l’année avec un accord sur le texte principal du plan quadriennal 2018-2021 et la validation d’un budget 2018 à l’équilibre.

Une année mouvementée s’achève pour l’Université du Luxembourg. Commencée à l’ombre des tensions autour du budget, elle se termine avec l’adoption d’un budget 2018 «équilibré». Le conseil de gouvernance, qui a accueilli le futur recteur Stéphane Pallage pour sa séance du 9 décembre, souligne d’ailleurs dans son communiqué que «le rectorat a au cours des derniers mois significativement amélioré le processus budgétaire et la transparence financière de l’Université». Une précision lourde de sens alors que le recteur démissionnaire, Rainer Klump, s’était vu reprocher un manque de rigueur dans ce domaine.

Sans livrer les détails du budget, le conseil de gouvernance indique que l’exercice 2017 est bouclé à l’équilibre et que le budget 2018, «en ligne avec le plan quadriennal 2018-2021», est «équilibré». Un budget «avisé favorablement par le conseil universitaire», insiste le communiqué.

Deuxième gros morceau: le plan quadriennal 2018-2021, qui doit régir les relations entre l’État et l’Uni ainsi que son orientation. Une première mouture avait été présentée au conseil de gouvernance le 8 juillet dernier, lequel avait «formulé des remarques et des souhaits d’amendements». Le «texte principal» du plan a finalement été validé samedi après avoir reçu l’aval du conseil universitaire. Il n’est pas encore public en attendant validation officielle par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Rolf Tarrach, «recteur émérite»

Le conseil de gouvernance a enfin pris des décisions liées au personnel de l’Uni. Le mandat du professeur Rudi Balling, directeur du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB), devant initialement s’achever en août 2019, a été prolongé jusqu’au 16 octobre 2021 afin «de permettre d’assurer la pérennité du LCSB et au professeur Balling de contribuer aux nouveaux développements en matière d’enseignement médical à l’Université du Luxembourg».

Un poste de professeur en biomédecine a été ouvert dans l’optique de la mise en place d’un cursus de bachelor en médecine sur trois ans, «première étape de la contribution de l’Université à la pérennisation de l’approvisionnement en personnel médical du Luxembourg». Ce bachelor sera suivi de programmes de spécialisation en neurologie et oncologie qui viendront s’ajouter à celui de spécialisation en médecine générale.

Le C2DH (Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History) a obtenu une nouvelle recrue en la personne de Valérie Schafer, professeure en histoire contemporaine européenne. Actuellement chargée de recherche au CNRS, en poste à l’Institut des sciences de la communication à Paris, elle est spécialisée dans l’histoire de l’informatique, des télécommunications et de l’internet.

Enfin, le conseil de gouvernance a décerné le titre de «recteur émérite» au professeur Rolf Tarrach, recteur de l’Uni de 2005 à 2014, pour son «rôle déterminant dans le succès et la visibilité tant nationale qu’internationale de l’Université».