Private equity

Tous les voyants de Mangrove sont au vert

21 Août 2017 Par Jean-Michel Gaudron
Mark Tluszcz
Selon Mark Tluszcz, le CEO, les fonds gérés par Mangrove affichent un taux moyen de rentabilité de 20%. (Photo: Christophe Olinger / archives)

En même temps qu’elle publie ses résultats annuels 2016, la société de venture capital poursuit sa croissance et vient de lancer un 5e fonds, portant à 750 millions d’euros ses actifs sous gestion.

La société de prise de participations luxembourgeoise Mangrove Capital Partners a enregistré, pour l’exercice 2016, une forte progression de son résultat net. De 174.391 euros au 31 décembre 2015, il est passé à 752.330 euros un an plus tard, en dépit d’un résultat brut en recul à 4,77 millions d’euros (contre 5,36 millions un an plus tôt).

Mangrove a notamment fortement réduit ses corrections de valeur, passées de 1,2 million d’euros à 0,48 million.

Le montant net du chiffre d’affaires, lui, est en recul de 11% à 4,77 millions d’euros, en raison notamment d’une baisse conséquente des «autres revenus opérationnels» (passés de 867.000 à 509.000 euros) et une progression de 23% des «autres charges externes» à 1,52 million d’euros. Mais les honoraires de gestion, eux, sont restés stables à 5,79 millions d’euros (+1%).

Le premier Fiar dans la famille

«Ces données ne concernent que la société de gestion faîtière et ne sont pas particulièrement révélatrices du développement de nos activités», explique à Paperjam.lu le CEO, Mark Tluszcz, l’un des fondateurs de Mangrove, qui rappelle qu’en fonction du développement de nouveaux produits, certains coûts sont plus ou moins élevés d’un exercice à l’autre. «Les revenus varient également en fonction du nombre de ‘fonds actifs’ que nous utilisons à tout moment, de sorte que, là aussi, il y a régulièrement des fluctuations des revenus.»

Mark Tluszcz préfère donner deux autres indicateurs plus pertinents permettant de mesurer la bonne santé de Mangrove. Le premier concerne le volume d’actifs sous gestion, qui atteint désormais 750 millions d’euros à la suite du lancement, en juillet dernier, du fonds Mangrove V sous le régime des fonds d’investissement alternatifs réservés (les précédents étaient des sicar).

«Parmi les plus performants au monde»

Le second mesure la performance individuelle des fonds, laquelle affiche un taux moyen de rentabilité de 20%, «ce qui nous place en tête des gestionnaires de fonds européens et parmi les meilleurs au monde», se réjouit M. Tluszcz.

En 2016, Mangrove a été impliquée dans une douzaine de dossiers d’investissement, parfois seule (comme pour l’outil de protection des marques et contenus Red Points, dans lequel la société a investi 2 millions de dollars), parfois en tant que lead de tour de table avec d’autres investisseurs, comme pour l’outil d’intelligence artificielle Echobox dédié aux publications en ligne (avec un total de 3,4 millions de dollars en collaboration avec LocalGlobe) ou encore pour Divido (2,5 millions de GBP avec DN Capital).