Énergie innovante

Timide démarrage des batteries Tesla au Luxembourg

23 Novembre 2017 Par Jonas Mercier
Concession Tesla
Des impératifs décidés par l’État luxembourgeois, et jugés superflus par le distributeur des batteries Tesla, ont fortement freiné la pénétration de cette technologie au Grand-Duché. (Photo: Marion Dessard / archives)

Depuis le début de l’année, le système de stockage d’énergie pour bâtiments développé par le constructeur automobile est disponible au Grand-Duché. Cette technologie a toutefois du mal à prendre, notamment à cause d’une taxation désavantageuse.

5.000 euros en moyenne par batterie, installation incluse: stocker l’énergie que l’on produit soi-même est tout à fait possible au Luxembourg. Depuis le début de l’année, la société Winwatt, en tant que distributeur officiel, commercialise la première génération de batteries résidentielles développée par Tesla. Lancée en 2015, cette solution connaît déjà un vrai succès en Italie et en Allemagne.

Pour faire connaître cette technologie au Grand-Duché, Winwatt s’est associée à Enovos pour mettre en place un projet-pilote au sein du Neobuild Innovation Living Lab, le pôle d’innovation technologique de la construction durable, du CDEC. Le fonctionnement de deux batteries de 12kWh, reliées aux panneaux solaires placés sur le bâtiment et connectées à des compteurs intelligents, est ainsi analysé selon un schéma de consommation simulée correspondant à une maison familiale. L’idée étant de tester le profil de consommation d’un ménage luxembourgeois type pour optimiser la taille de l’installation.

Un compteur intelligent superflu

«La technologie est prête, mais les conditions de mise en réseau freinent son développement», explique Dieter Broes, l’un des deux cofondateurs de Winwatt. Au coût d’achat et d’installation de la batterie, il faut en effet rajouter 2.000 euros, qui correspondent à l’installation de compteurs intelligents par Creos. Une manœuvre inutile, selon Dieter Broes, qui précise qu’un simple compteur peut faire l’affaire.

«Cette manœuvre est imposée par la loi, car, au Luxembourg, l’énergie consommée est entièrement taxée, même celle qui ne passe pas par le réseau. L’État souhaite donc savoir avec précision quelle est la quantité d’énergie stockée dans les batteries», précise Dieter Broes. «Du coup, la subvention de 20% accordée pour l’installation de panneaux photovoltaïques ne sert qu’à financer l’installation de ces compteurs. Pour l’instant, les batteries en tant que telles ne sont pas subventionnées.»

Une situation qui explique, peut-être, le faible taux de pénétration de cette technologie au Grand-Duché. En effet, depuis le début de l’année, seulement quatre batteries ont été installées… dont les deux qui font partie du projet-pilote mené au CDEC. En Belgique, où celles-ci sont également commercialisées depuis le début de l’année, on en compte déjà une vingtaine.