Bilan culturel – Les musées de la Ville de Luxembourg

«Tenir compte des évolutions de la ville»

03 Août 2017 Par France Clarinval
Danièle Wagener
Danièle Wagener veut recentrer les musées sur leurs missions. (Photo: Mike Zenari / archives)

Tout au long de l’été, Paperjam.lu interroge les responsables d’institutions culturelles pour dresser le bilan de l’année écoulée et se pencher sur la saison à venir. Danièle Wagener, directrice des deux musées de la Ville de Luxembourg, se penche sur les attraits de ces institutions.

Madame Wagener, quel bilan tirez-vous de la saison écoulée?

«Il est difficile de parler de chiffres puisque l’exposition permanente du Lëtzebuerg City Museum a été fermée jusqu’au 4 mai. Mais 11.000 personnes sont venues depuis. À la Villa Vauban, nous avons comptabilisé 14.500 visiteurs depuis le mois de janvier, là aussi avec de longues semaines de fermeture de l’aile contemporaine.

Quelles ont été les expositions phares?

«La nouvelle exposition ‘Luxembourg story’ est évidemment ce qu’il y a de plus marquant. C’est la troisième fois que l’exposition permanente a été entièrement repensée pour tenir compte des évolutions de la ville des points de vue démographiques, urbanistiques, architecturaux… Sur 2.000 m2, on peut découvrir toute l’histoire de la capitale. Ce qui est tout à fait nouveau, c’est la manière dont nous avons travaillé avec des animations multimédias sur les maquettes.

Luxembourg Story, 1867 (Photo: Christophe Weber / Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg)Luxembourg Story, Industrie (Photo: Christophe Weber / Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg)Luxembourg Story, Maquette 2016 (Photo: Christophe Weber / Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg)Luxembourg Story, Moyen-Age (Photo: Christophe Weber / Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg)

À la Villa Vauban, l’exposition ‘L’Héritage de Jérôme Bosch’ était particulièrement intéressante, et a reçu un bel écho, avec une centaine d’estampes, peintures, figurines qui montrent l’influence de l’artiste sur d’autres.

L'héritage de Jérôme Bosch (Photo: Christophe Weber / Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg)L'héritage de Jérôme Bosch (Photo: Christophe Weber / Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg)L'héritage de Jérôme Bosch (Photo: Christophe Weber / Les 2 Musées de la Ville de Luxembourg)

Y a-t-il des échecs à déplorer?

«Je n’ai aucun regret, mais une certaine déception par rapport à notre proposition de Visite + qui n’a pas encore rencontré le succès escompté. Il s’agit de visites guidées pour un groupe qui s’organise et que l’on complète avec une boisson et un comptoir de snacks…

Quel est votre coup de cœur pour la saison prochaine et pourquoi?

«L’exposition ‘Leit an der Stad’ qui commencera en octobre au City museum est très attendue. Il s’agit d’une exposition de photographies de rue des années 50 à nos jours qui montrent comment les habitants bougent dans la ville. L’installation sera une véritable déambulation parmi les images. L’exposition qui vient de commencer à la Villa Vauban, ‘Le Cours de la Vie, un musée pour tous’ est une expérience originale. À travers 80 tableaux, dessins et sculptures issus de nos collections, l’exposition raconte le cycle de la vie de l’homme, de la naissance jusqu’à la mort en passant par la jeunesse, le milieu de la vie et la vieillesse. L’accessibilité pour les personnes en situation de handicap a été priorisée, avec un programme complémentaire diversifié et adapté à la spécificité des besoins. C’est un axe que je veux garder pour les expositions d’été chaque année.

Quels sont les axes de développement pour les années (2-3 ans) à venir?

«À terme, nous devons mener une réflexion pour revoir notre offre de médiation et notre communication, notamment à travers les réseaux sociaux. Ce sont des portes vers l’extérieur, il faut continuellement se remettre en question. D’autre part, nous allons mettre en place une application qui permet d’accéder à de la réalité augmentée et à des informations supplémentaires sur certains objets importants.

Plus généralement, quels sont les points importants auxquels le monde de la culture doit faire attention ou faire évoluer?

«En tant que musées, nous devons nous recentrer sur nos missions de monstration et de conservation. Inventorier et rendre accessible les collections est un développement à pousser. Il faut qu’on soit plus complémentaires entre les différents musées pour éviter des actions ou événements redondants.»