Énergies renouvelables

Soler installera 41 nouvelles éoliennes d’ici 2020

27 Mars 2018 Par Jonas Mercier
Paul Zeimet, secrétaire général de SEO, et Laurent Winkin, conseiller de direction de Soler
Paul Zeimet, le secrétaire général de SEO, et Laurent Winkin, le conseiller de direction de Soler, ont voulu un dialogue transparent avec les riverains des huit projets éoliens en cours. (Photo: DR)

L’entreprise détenue par la Société électrique de l’Our (SEO) et Enovos annonce le développement de nouveaux projets dans le pays pour une puissance installée de 111MW, soit plus du double de celle qu’elle possède actuellement.

Si le prix de production de l’énergie photovoltaïque, donc issue du soleil, a beaucoup diminué ces dernières années, la production électrique issue de l’éolien reste également intéressante. Soler, entreprise créée en 2001 à parts égales entre la SEO et Enovos, l’a rappelé mardi en précisant que l’énergie éolienne représentait actuellement «le plus grand potentiel de production d’énergie renouvelable au Grand-Duché».

Raison pour laquelle la société – principal acteur du secteur – a annoncé le développement de huit nouveaux parcs éoliens à travers le pays. De nouvelles installations destinées à doubler sa capacité de production, qui est actuellement d’une puissance installée de 100,75MW, répartie dans sept parcs éoliens. Soit l’équivalent de 42 éoliennes et trois centrales hydroélectriques (Esch-sur-Sûre, Ettelbruck et Rosport).

Les nouveaux projets en cours fourniront 111,95MW de puissance installée, soit l’équivalent de la consommation de 51.450 ménages. Ils concerneront huit sites pour 41 éoliennes. Leur mise en service est prévue pour l’horizon 2019-2020.

Informer en amont

Plus en détail, Soler a expliqué que quatre projets se trouvaient dans un état «avancé», c’est-à-dire dans une phase de planification. Ceux-ci sont situés à Garnich (3 éoliennes), à Harlange, à Watrange (5 éoliennes) et à Dalheim (8 éoliennes). Le quatrième chantier se trouve dans l’est du Luxembourg et concerne la remotorisation d’une éolienne déjà existante.

Les quatre autres projets ont pour l’instant été simplement initiés. Il s’agit du parc de Sudwand (9 éoliennes près d’Esch-sur-Alzette) et ceux des cantons de Redange (6 éoliennes), de Mersch (6 éoliennes) et de la Vallée de l’Ernz (3 éoliennes).

En plus des obligations légales liées au respect de la faune et de la flore, Soler a décidé d’impliquer en amont les riverains pour s’assurer une acceptation complète. Une douzaine de réunions d’information ont été organisées entre les mois de février et mars dans les différentes communes concernées. «Nous avons porté des discussions constructives dans un esprit de dialogue transparent et engageant», assure Laurent Winkin, le conseiller de direction de Soler.

5,5 millions d’euros pièce

De plus, chaque projet impliquera la création d’une société exploitante. «Ce n’est pas obligatoire, mais nous le faisons pour pouvoir donner la possibilité aux habitants et aux communes de participer concrètement au parc», a ajouté Paul Zeimet, le secrétaire général de SEO. Cette méthode permet également à Soler d’intégrer ses partenaires. La construction du parc éolien de Sudwand se fait ainsi en collaboration avec Sudgaz, et celui de Mersch avec Electris.

Avec cette méthode, Soler veut non seulement continuer de parier dans le renouvelable, mais souhaite le faire dans les règles de l’art. Il faut dire que la construction d’éoliennes n’est pas un projet anodin. Chaque turbine coûte en moyenne 5,5 millions d’euros à l’entreprise et est rentabilisée en 8 à 10 ans, pour une durée de vie totale de 20 ans.