Résultats semestriels

SES poursuit sur sa lancée de «croissance durable»

28 Juillet 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Pour 2017, SES table sur une hausse annuelle de 750 millions d'euros de son chiffre d'affaires, selon les données publiées vendredi.
Pour 2017, SES table sur une hausse annuelle de 750 millions d’euros de son chiffre d’affaires, selon les données publiées vendredi. (Photo: SES)

L’opérateur de satellites luxembourgeois annonce vendredi avoir réalisé «une solide performance» au premier semestre 2017. Chiffre d’affaires, résultat net et carnet de commandes sont effectivement en hausse par rapport au premier semestre 2016.

Les mois se suivent et se ressemblent un peu pour SES en 2017. Après un premier trimestre dans le vert, la tendance se confirme au terme du premier semestre, selon les résultats publiés vendredi. Le chiffre d’affaires de la firme basée à Betzdorf s’affiche ainsi, sur les six premiers mois de l’année, à 1,05 milliard d’euros «en hausse de 9,6% par rapport à la même période de l’exercice précédent», un résultat net à 275,5 millions d’euros «en hausse de 21,2%» et un carnet de commandes «robuste» de 7,5 milliards. Contre 7,3 milliards d’euros un an plus tôt.

«SES a fait un bon début d’année 2017, le groupe est désormais bien placé pour dégager une croissance durable et améliorer sa rentabilité», estime Karim Michel Sabbagh, CEO de SES, cité dans un communiqué publié vendredi. Une référence directe à la restructuration du modèle commercial du principal opérateur de satellites annoncée en avril dernier qui avait abouti à la mise en place de deux lignes de métiers: SES Video et SES Networks.

Première mondiale pour SES-10

Sur les six premiers mois de l’année, la première représente ainsi «67% du chiffre d’affaires du groupe», contre 70% un an plus tôt, avec un chiffre d’affaires de 699,7 millions d’euros, «en hausse de 5,4%». La seconde affiche pour sa part un chiffre d’affaires de 343,3 millions d’euros, «en hausse de 24,9%».

Au cours de ce premier semestre 2017, SES a procédé au lancement de deux nouveaux satellites, dont SES-10, entré dans l’histoire pour être le premier satellite commercial à avoir été placé sur orbite via un lanceur partiellement réutilisé. D’ici 2021, la firme annonce vouloir en envoyer sept autres dans l’espace, dont quatre entre la fin 2017 et le début 2018.

750 millions d’euros supplémentaires attendus en 2017

À noter parmi les bémols «l’anomalie significative» rencontrée par l’AMC-9, satellite lancé en 2003 pour couvrir les États-Unis et le Mexique. Dans le communiqué publié vendredi, la société luxembourgeoise confirme la mise en place d’une «charge de dépréciation» de 38,4 millions d’euros dans les états financiers du groupe et évoque un impact sur le chiffre d’affaires pour l’exercice 2017 situé «entre 15 et 18 millions d’euros». Soit une fourchette en conformité avec les premières estimations qui tablaient sur un total «inférieur à 20 millions d’euros».

En ce qui concerne les prévisions financières pour 2017, le groupe estime que «la trajectoire future du chiffre d’affaires bénéficiera de la contribution des investissements récents dans la flotte géostationnaire et en orbite terrestre moyenne et (…) des investissements futurs dans les satellites prévus (…) d’ici la fin de 2019». Au final, le chiffre d’affaires escompté pour l’ensemble de l’année devrait être de «750 millions d’euros supplémentaires». SES assure d’ores et déjà que «ce chiffre d’affaires est déjà assuré à plus de 30% par les contrats signés».