Annonce officielle

Ryanair prédit une baisse du prix de ses billets

24 Juillet 2017 Par Jean-Michel Hennebert
Ryanair
Pour 2017, Ryanair prévoit de transporter 131 millions de passagers selon les données dévoilées lundi lors de la présentation des résultats trimestriels. (Photo: Licence C.C.)

La première compagnie aérienne en ce qui concerne le nombre de passagers transportés annonce ce lundi son intention de réduire les tarifs de ses vols d’ici la fin de l’année. Une baisse qui serait comprise entre 7 et 9%, selon le directeur financier du transporteur.

Pour conserver son titre de première compagnie aérienne européenne en ce qui concerne le nombre de passagers transportés, obtenu pour la première fois en 2016, Ryanair ne ménage pas ses efforts. Fidèle à sa stratégie de communication basée sur les annonces-chocs, le transporteur irlandais a profité de la présentation de ses résultats trimestriels pour faire part d’une baisse du prix moyen de ses billets «au cours du second semestre 2017».

Fort d’un bénéfice avant impôt de 397 millions d’euros pour le premier trimestre 2017, en hausse de 55% par rapport à 2016 lié notamment à des week-ends prolongés, la compagnie dirigée par Michael O’Leary annonce que le tarif payé par les passagers devrait ainsi se réduire «de 7 à 9%» entre septembre et décembre. Et ce, après une baisse de 5% au cours du premier semestre. Objectif affiché: maintenir la pression sur ses concurrents, EasyJet et WizzAir en tête, qui avaient d’ores et déjà prévenu au cours des semaines écoulées que les prix moyens des billets continueraient à être sous pression au cours de l’été, période clé pour les transporteurs aériens.

Offre non contraignante sur Alitalia

Annonçant qu’il transporterait 131 millions de passagers en 2017 – contre 130 millions en 2016 -, Ryanair poursuit sa politique commerciale agressive après être parvenu à faire reculer une première fois ses prix sur les courtes distances en Europe via la hausse de ses capacités de 33 millions de sièges au cours des deux dernières années. Soit une hausse de 33% du nombre de sièges proposés à la vente.

C’est dans cette logique expansionniste que s’intègre d’ailleurs «l’offre non contraignante» de reprise d’Alitalia officialisée lundi par le transporteur irlandais. Fin juin, Michael O’Leary avait assuré qu’en cas d’offre de rachat pour la compagnie italienne, le groupe chercherait à obtenir une participation majoritaire dans la société placée pour la deuxième fois en moins de 10 ans sous tutelle de l’État. Selon les médias italiens, une dizaine d’offres identiques à celles de Ryanair a d’ores et déjà été déposée, dont Etihad Airways ou EasyJet.

Présent depuis le 31 octobre 2016 au Findel, Ryanair dessert actuellement cinq destinations - Londres, Milan, Porto, Lisbonne et Madrid – et prévoit des liaisons vers Barcelone à l’automne. À en croire Lux-Airport, la compagnie a transporté jusqu’à présent depuis le Grand-Duché quelque 150.000 personnes au cours des six premiers mois de l’année. Elle évoque, à terme, d’en transporter un million par an.