Extension et rachat

Rien ne sera jamais assez grand pour Amazon

16 Août 2017 Par Frédéric Antzorn
Amazon
Le nouveau centre de distribution d’Amazon, à Bristol, sera le quatorzième du groupe au Royaume-Uni. (Photo: DR)

Le géant américain a annoncé ce mercredi la création d’un quatorzième centre de distribution – et l’embauche d’un millier de personnes – au Royaume-Uni, au lendemain d’une levée de dette de plus de 13 milliards d’euros aux États-Unis pour le rachat des supermarchés bio Whole Foods.

Le spécialiste de la vente en ligne Amazon a annoncé ce mercredi l’ouverture en 2018 à Bristol, au Royaume-Uni, d’un nouveau centre de distribution pour lequel un millier d’emplois – cadres, ingénieurs, spécialistes des ressources humaines et techniciens – seront embauchés.

En plus de 5.000 emplois devant déjà être créés cette année de l’autre côté de la Manche, cela portera à 24.000 le nombre d’employés d’Amazon au Royaume-Uni, où, à la tête de 13 centres de distribution aujourd’hui – alors que se négocie le Brexit –, il a déjà investi près de 5,5 milliards d’euros depuis 2010.

Dans la cour des grands

Cette annonce intervient au lendemain d’une autre, celle d’une levée de dette de l’ordre de 13,6 milliards d’euros destinée à financer le rachat de la chaîne de supermarchés bio Whole Foods pour laquelle Amazon s’était porté acquéreur en juin dernier.

Cette opération – organisée par Bank of America, Goldman Sachs et JP Morgan – est la plus importante jamais réalisée par Amazon depuis sa création, et la quatrième en taille cette année par une société américaine, derrière AT&T, British American Tobacco et Microsoft.

Elle a été accueillie de manière favorable par Moody’s, l’analyste en charge du suivi d’Amazon, selon lequel les marchés voient de manière positive ces nouvelles activités du géant américain qui n’avait bâti jusqu’ici son succès sur le non alimentaire.

Au Grand-Duché aussi

Au Luxembourg, où le groupe vient de passer le cap des 1.500 employés répartis entre le Grund et le Kirchberg, Amazon entend embaucher cette année quelque 500 nouveaux collaborateurs.

En début d’année, il indiquait rechercher des personnes possédant divers niveaux d’expérience, de formation et de compétences, précisant dans un communiqué vouloir recruter «des ingénieurs, des diplômés d’écoles de commerce et de jeunes diplômés, mais aussi des personnes recherchant des postes non qualifiés et souhaitant se former sur le terrain».

Cette progression du nombre d’employés du géant américain n’est pas sans conséquence sur le marché de l’immobilier de bureaux, l’agence JLL évoquant des «besoins infinis» pour une «célèbre société d’e-commerce implantée au Luxembourg» qui – au premier semestre de cette année – a réalisé au Kirchberg trois transactions pour plus de 20.000 mètres carrés.

Au cours des cinq dernières années, la société de Seattle a acquis près de 40.000 mètres carrés de bureaux, en sept transactions.

D’autres devraient – forcément – suivre.