Sondage de l’Aleba

Revalorisation salariale exigée dans les assurances

27 Juillet 2017 Par Jean-Michel Hennebert
À en croire les conclusions de la consultation effectuée par l’Aleba, les salariés du secteur des assurances veulent avant tout bénéficier d’une revalorisation de leur rémunération dans le cadre de leur prochaine convention collective. (Photo: Anthony Dehez)

Le versement de la prime de juin, l’augmentation «substantielle» et linéaire des salaires et le versement d’une gratification annuelle sont quelques-unes des revendications émises par les salariés du secteur des assurances lors d’un sondage réalisé par l’Aleba et publiées jeudi.

Comme ils l’avaient fait courant 2016 en vue de préparer les négociations autour la future convention collective du secteur bancaire, les syndicats ont sollicité au cours des dernières semaines les personnels du secteur des assurances avec le même objectif. L’Aleba a été, jeudi, le premier syndicat de la Place à publier les résultats de son sondage, quelques mois avant le début officiel des négociations avec l’Aca, prévu pour la fin d’année.

Comme leurs confrères du secteur bancaire, les salariés des différentes compagnies d’assurances actives sur la Place mettent l’accent sur l’aspect financier. Échaudés par les tensions observées autour de la menace proférée par l’ABBL de ne pas verser la prime de juin, les personnels ayant répondu au sondage placent «le maintien et l’augmentation de la prime de conjoncture» comme un acquis à ne pas menacer.

Rachat de congés plutôt que développement du télétravail

Suit la volonté de voir se mettre en place «une augmentation substantielle linéaire des salaires et une gratification annuelle» et «un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée» via notamment «des congés, l’accès au temps partiel et la protection contre le stress et le harcèlement moral».

Les résultats de la consultation mise en place par le principal syndicat du secteur financier évoquent également la question de la «réduction du temps de travail en fin de carrière et avant la retraite pour les salariés d’un certain âge» ou la mise en place d’«une adaptation plus flexible des horaires» plutôt que le «développement du télétravail». L’idée de voir inscrire dans la future convention collective la possibilité de racheter des jours de congé en échange de la réduction du montant du 13e mois est qualifiée, par l’Aleba, de «nouvelle idée vraiment intéressante».

Dénonciation de la CCT actuelle fin septembre

Ce sondage, dont le nombre de participants n’a pas été précisé, ne fait toutefois pas figure de revendication officielle du syndicat, «mais juste d’une base de réflexion», indique Sandra Carvalho, porte-parole de l’Aleba, contactée par Paperjam. Ces idées feront en effet l’objet d’une analyse en interne avant d’être échangées avec l’OGBL-SBA et le LCGB-SESF, dans le cadre d’une intersyndicale.

Objectif: mettre sur pied un cahier commun de revendication à présenter aux représentants du patronat du secteur. L’actuelle convention collective du secteur des assurances devrait être dénoncée par les syndicats fin septembre. La nouvelle doit couvrir une période comprise entre 2018 et 2020.