Bilan de la mission économique aux États-Unis

«Regrouper les pays» autour de l’ambition spatiale

La première mission économique entièrement dédiée au secteur spatial a touché à sa fin jeudi soir. Pour le ministre de l’Économie, les retours sont encourageants. Prochain objectif: rassembler des pays autour de la cause luxembourgeoise et finaliser le cadre légal.

La délégation emmenée par le Grand-Duc héritier et le vice-Premier ministre et ministre de l’Économie se réjouit de cette première mission économique exclusivement dédiée au secteur spatial, avec pour objectif de positionner durablement le Luxembourg autour de l’initiative Spaceresources.lu.

«Tous les acteurs rencontrés soutiennent l’initiative», a déclaré jeudi soir Étienne Schneider au moment de dresser le bilan. «Ils veulent profiter de l’encadrement luxembourgeois.» 

Ce retour positif encourage Étienne Schneider à continuer et à «regrouper les pays qui s’intéressent à se développer dans ce secteur». Étienne Schneider partira ainsi au Japon et aux Émirats arabes unis la semaine prochaine pour convaincre les autorités, après un accord signé avec le Portugal sur ce sujet.

Née d’une volonté de parier sur les retombées commerciales de l’exploitation minière spatiale et donc des matériaux présents sur les météorites, Spaceresources.lu a pris une autre dimension au fur et à mesure de la mission économique

C’est en effet durant le déplacement sur la côte ouest des États-Unis qu’Étienne Schneider a annoncé le souhait de créer une agence spatiale luxembourgeoise qui serait orientée sur de la recherche appliquée et soutenue par un fonds d’investissement monté autour d’un partenariat public-privé.

«Un fonds qui investira dans les start-up qu’il pense intéressantes pour le Luxembourg, dans le domaine des ressources spatiales», précise le ministre.

Prochaine étape importante: la finalisation d’un cadre légal national. Ce qui nécessitera de tenir compte des retours mitigés du Conseil d’État intervenus, hasard du calendrier, au début de la mission économique.