Résultats 2017

Raiffeisen quitte la zone de turbulences

21 Mars 2018 Par Jean-Michel Lalieu
Guy Hoffmann Raiffeisen
Le président du comité de direction de Raiffeisen, Guy Hoffmann, satisfait et soulagé par les nouvelles progressions. (Photo: Lala La Photo)

La Banque Raiffeisen dresse un premier bilan positif de l’exercice 2017. Tous les voyants sont au vert, malgré un contexte qui demeure compliqué.

À l’heure de dresser enfin un bilan complet de l’année 2017, la Banque Raiffeisen se montre particulièrement satisfaite. Les chiffres sont en progression, la stratégie digitale avance, et la banque coopérative a même ouvert deux nouvelles agences, à Marnach et Bettembourg, et en prépare une troisième à Belval. Après en avoir toutefois fermé trois autres

«Le résultat net est en croissance de plus de 10% et dépasse 18 millions d’euros», expose le président du comité de direction Guy Hoffmann, qui explique ne pas pouvoir donner de chiffres plus précis avant de les avoir présentés à l’assemblée générale en mai prochain. En 2016, il était de 17,8 millions et, en 2015, et il avait connu une baisse de 2,3% à 17,6 millions. 

Pour expliquer cette bonne performance, le patron de la banque coopérative luxembourgeoise pointe deux phénomènes: la progression des crédits et la hausse d’activité en banque privée.

Les crédits à la clientèle ont progressé de 6%.

Guy Hoffmann, président du comité de direction Banque Raiffeisen

«Avec un encours d’environ 6 milliards d’euros, les crédits à la clientèle ont progressé de 6%», note Guy Hoffmann. «Cette progression est surtout liée aux prêts immobiliers et au financement des entreprises et des PME.» Des chiffres d’ailleurs dopés par la collaboration avec Post depuis février 2016.

Quant à l’activité de banque privée, elle a contribué à la hausse des commissions. Le volume des avoirs sous gestion a sensiblement augmenté, précise la banque.

Au cours des dernières années, la banque luxembourgeoise, ne bénéficiant pas du même poids que les grandes banques internationales, a particulièrement souffert des exigences européennes en matière réglementaire, ainsi que de la permanence de taux d’intérêt bas.

Des frais mieux maîtrisés

«Les frais de personnels, liés notamment à ces nouvelles mesures réglementaires, sont toujours en augmentation, mais l’évolution des frais administratifs a été maîtrisée malgré la progression des coûts informatiques», note encore le président du comité de direction.

Et, malgré les taux bas, la marge nette d’intérêts est en croissance de près de 5%.

En 2017, toujours, Raiffeisen a injecté pas mal de moyens dans la technologie digitale afin de s’offrir une nouvelle plateforme de banque en ligne qui permet d’effectuer le même type d’opérations de son PC que d’un outil mobile.

Et pour clôturer cet ensemble de bonnes nouvelles, Guy Hoffmann se réjouit encore que la dernière étude «Banques 2017» de TNS Ilres ait conclu que les clients Raiffeisen sont ceux qui sont le plus satisfaits de leur banque. Une banque luxembourgeoise pour les Luxembourgeois, puisque 96% des crédits sont destinés à l’économie locale.