Dans le Land

Quelle école pour le 21e siècle?

22 Mars 2018 Par Paperjam.lu
Land
Dans ce numéro, le Land revient notamment sur la digitalisation et la modernisation du paysage scolaire au Luxembourg. (Photo: d'Lëtzebuerger Land)

Chaque semaine, Paperjam.lu vous propose de découvrir les grands dossiers qui font la une du Lëtzebuerger Land. Cette semaine, focus sur l’éducation et son adaptation aux réalités du 21e siècle.

L’école publique luxembourgeoise est-elle préparée à répondre aux besoins des élèves et aux réalités du 21e siècle? Cette question controversée est beaucoup discutée en ce moment. Avec Digital(4)Education, le ministre de l’Éducation nationale Claude Meisch (DP) a lancé la digitalisation et la modernisation du paysage scolaire au Luxembourg. Grâce à des projets d’apprentissage avec tablettes ou la nouvelle section I dans l’enseignement classique, son initiative porte les premiers fruits. Pourtant, malgré cette ambiance de renouveau, il ne faut pas oublier que les «digital skills», les compétences informatiques, ne sont pas un but en soi: la technologie n’a aucun sens si elle n’est pas utilisée et accompagnée d’un renouveau des méthodes didactiques et de l’enseignement. Mais c’est précisément ce qui manque: une réflexion approfondie dans les écoles et dans la société civile sur les défis pédagogiques à l’avenir. L’école et les enseignants sont prisonniers d’une culture de tests et d’apprentissage des erreurs et d’une croyance aux programmes et aux notes qui rendent extrêmement difficile, voire impossible l’innovation et l’ouverture véritables.

La pension après la séparation des biens

Il est probable que le grand projet de réforme du divorce pourra être voté avant les élections encore. C’est-à-dire qu’à part les nombreux changements, au niveau de la parentalité par exemple, ou bien en ce qui concerne «la faute» d’un conjoint, ou encore l’introduction du tout nouveau juge des affaires familiales, sera entériné, en cas du divorce, l’achat rétroactif des droits de pension pour ainsi aider le conjoint qui en a moins que l’autre. Or, au contraire d’un «splitting» où tous les droits de pension acquis lors d’un mariage seraient partagés, l’achat rétroactif – en l’état actuel des choses – ne concernera que les périodes où une activité professionnelle a été interrompue ou réduite. Ce qui rendra, néanmoins, le rachat tellement onéreux qu’il est bien possible que surtout les couples moins aisés y renonceront. Et il y a, en outre, encore d’autres raisons laissant présumer que la nouvelle formule ne sera pas appliquée très souvent dans la pratique.

De Panama à Paris

À l’occasion de la signature de la nouvelle convention contre la double imposition avec la France, le Land analyse les conventions des 10 dernières années, de Panama à la France, en passant par le Sénégal. Et présente les activités de la division «relations internationales» de l’Administration des contributions directes. Ce sont les globe-trotters des paradis fiscaux. Ils ont ainsi séjourné quelques jours à Andorre, au Liechtenstein, à Saint-Marin et Monaco; à Guernesey, l’île de Man et Jersey; à l’île Maurice et aux Seychelles; à Panama, Barbade et Trinité-et-Tobago. Car avec chacune de ces mini-juridictions, le gouvernement luxembourgeois a signé des conventions fiscales.