Richesse

Quel revenu pour une vie décente au Luxembourg?

01 Août 2018 Par Jonas Mercier

Un couple avec deux enfants a besoin de 4.079 euros par mois pour vivre décemment, selon le Statec. L’institut de statistique estime par conséquent que le seuil de pauvreté tel qu’il est calculé actuellement ne permet pas d’avoir une vie décente et de «participer activement à la société».

«Satisfaire ses besoins de base et participer activement à la société», voilà ce que signifie vivre décemment, selon le Statec. Dans sa publication mensuelle «Regards», rendue publique mercredi, le bureau de statistique présente la mise à jour de son projet d’étude visant à définir un «budget de référence» pour le Luxembourg, qui a été détaillé pour la première fois en 2016.

Celui-ci s’élève en 2018 à 4.079 euros pour une famille composée de deux parents et de deux enfants âgés de 10 et 14 ans. Ce foyer hypothétique, pris comme exemple par le Statec, part du principe que les deux adultes travaillent. L’institution propose ensuite une répartition des dépenses.

Dans celle-ci, on trouve le budget dédié à la «vie sociale», qui inclut «des activités culturelles et sportives, ainsi que six sorties annuelles au restaurant et un budget pour inviter des amis à la maison», précise l’étude.

Un indice de pauvreté trop bas

L’institut de statistique a effectué le même type de calcul pour plusieurs modèles de famille, ainsi que pour une personne seule. En partant de ce budget minimum nécessaire à une «vie décente», le Statec s’intéresse au salaire social minimum. Augmenté des prestations et allocations sociales proposées par l’État, il s’avère que celui-ci couvre inégalement le budget calculé par le Statec selon les cas de figure.

Par contre, l’institution fait remarquer que le seuil national de pauvreté tel qu’il est calculé actuellement, soit 1.690 euros par mois et par adulte, est en dessous de son budget de référence. «En d’autres termes, les personnes ou ménages vivant avec un revenu à hauteur du seuil de pauvreté ne peuvent pas mener une vie décente au Luxembourg», précise le Statec.

Les 16,5% de la population considérée comme pauvre au Grand-Duché «ne peuvent donc clairement pas participer activement à la société», conclut l’étude.