Négociations CCT bancaire

Prudence de mise à la table des négociations

17 Mars 2018 Par Jean-Michel Hennebert
Si aucun détail des «nouvelles propositions» de l’ABBL n’a filtré, la réunion plénière de vendredi a permis aux syndicats d’obtenir les vues du patronat par écrit. (Photo: Mike Zenari / archives)

Deux semaines après la présentation de «nouvelles propositions» sur la future convention collective bancaire, les partenaires sociaux se sont rencontrés une nouvelle fois ce vendredi. Pendant trois heures. Mais tous se refusent à évoquer dans le détail les points abordés.

Après plus d’un an et demi de négociations et de multiples rebondissements, la prudence semble encore de mise. Aussi bien du côté de l’intersyndicale que de l’ABBL. Vendredi soir, au sortir de la nouvelle réunion plénière qui a porté sur l’analyse des «nouvelles propositions» faites par le patronat sur les deux points de blocage – la revalorisation salariale et de l’encadrement du temps de travail –, tous se refusent à aborder concrètement la teneur des propos.

«Il a été décidé de ne pas communiquer officiellement avant mardi, date de la prochaine réunion intersyndicale», se contente d’indiquer Laurent Mertz, secrétaire général de l’Aleba, qui précise toutefois que les échanges se sont déroulés «dans une ambiance constructive». Une formule moult fois utilisée au cours des mois écoulés, mais qui pourrait prendre une signification particulière cette fois-ci, deux semaines après que les syndicats aient finalement renoncé à inciter les salariés de la Place à entamer «des actions» suite au mouvement réalisé par l’ABBL.

Prochaine plénière fixée au 29 mars

Au point que les échanges entre les deux parties se sont étalés sur trois heures. Pour Gabriel Di Letizia, président du LCGB-SESF, la réunion plénière de vendredi, outre la relance des échanges, aura permis une avancée: celle «d’avoir enfin par écrit les vues de l’ABBL». Si le syndicaliste ne livre aucun détail sur le document remis, il précise tout de même que «cela permet de continuer à discuter», même s’il précise de manière laconique qu’«il y a encore beaucoup de travail». De son côté, Serge de Cillia, CEO de l’ABBL, reste fidèle à la stratégie de communication adoptée depuis le début des négociations et indique «ne pas faire de commentaires sur des négociations en cours».

Aleba, OGBL-SBA et LCGB-SESF donneront donc leur point de vue sur l’avancée des discussions au cours de la journée de mardi 20 mars, après s’être concertés dans la matinée. La prochaine réunion plénière, elle, est d’ores et déjà programmée pour le jeudi 29 mars.