Prix santé et sécurité au travail

Priorité sur la prévention

19 Avril 2018 Par Audrey Somnard
Les accidents du travail sont un fléau que le gouvernement veut endiguer, notamment à travers la campagne «Vision zéro». (Photo: Licence C.C.)

Le 12e Forum de la sécurité et de la santé au travail a démarré ce jeudi au Kirchberg. Les entreprises VTKL, Tralux Construction, Pétillances, Secolux et le Centre hospitalier de Luxembourg ont obtenu des prix pour encourager leurs projets dans le domaine de la santé et de la sécurité.

Les prix de la santé et de la sécurité au travail ont été remis jeudi lors du 12e forum du même nom. Des projets qui luttent à endiguer le fléau des accidents au travail, en particulier dans le secteur de la construction.

VTKL a obtenu le prix de la sécurité pour les entreprises de moins de 50 employés avec les projets «Power Seat» et «LongSpan» qui permettent à ces acrobates de la construction d’être installés plus confortablement quand ils effectuent des tâches en hauteur, attachés par des cordes. Le même prix – mais version grandes entreprises – a été remis à Tralux construction qui a mis en place le projet C.A.P.S. (Compagnon, acteur, prévention et sécurité), une personne de référence sur le chantier qui veille au respect des règles de sécurité avec un brassard identifié.

De nombreuses autres initiatives récompensées

Côté santé et bien-être, le prix pour les petites entreprises a été remis à Pétillances, une société de formation, coaching et prévention des risques psychosociaux. Celle-ci a lancé un jeu, «Keskonfaisi», qui permet d’aborder des sujets difficiles en entreprise, comme le deuil. Le CHL, lui, a obtenu le prix pour les grandes entreprises, avec le projet SCALP (Sécurisation conteneur à aiguilles pour lieux publics) avec une centaine d’installations dans les toilettes de l’hôpital, ce qui a éradiqué les accidents liés à la contamination par le sang.

Enfin la société Secolux a, quant à elle, obtenu le prix agent multiplicateur avec le projet Citylity, qui est une application qui permet de relayer les problèmes de sécurité sur un chantier, et ainsi de prévenir rapidement les personnes adéquates. L’application a été déployée il y a six mois sur le chantier d’Hamilius, mais devrait être étendue pour tous les chantiers de l’entreprise dans le pays. 

Il y a un retour potentiel du double des sommes investies par an et par salarié.

Tom Oberweis, vice-président de l’Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) et de l’Institut national pour le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises (INDR)

Avec une centaine d’exposants, 20 workshops reconnus comme de la formation continue sur le Forum, le Luxembourg veut s’afficher comme ayant une volonté forte de promouvoir la prévention et d’éviter les accidents au travail, notamment à travers la campagne «Vision Zéro», pilotée par l’AAA, l’Association d’assurance accident, branche de la Sécurité sociale.

La santé, le bien-être et plus globalement la sécurité des employés doivent être l’affaire des chefs d’entreprise, c’est en tout cas ce dont est persuadé Tom Oberweis, vice-président de l’UEL et de l’INDR. «Il y a un retour potentiel du double des sommes investies par an et par salarié, explique-t-il. Avec l’implémentation des bonnes pratiques, la motivation à suivre les règles est augmentée, le bien-être des employés s’améliore et, avec elle, l’image de l’entreprise. Il faut voir ça comme un investissement stratégique et non pas un coût. Cela évite en effet les longs arrêts maladie, et donc une pénalité pour les entreprises.»

Au Luxembourg, les chiffres sont édifiants. Chaque jour, une personne est victime d’un accident grave dans le cadre de son travail. 20% de ces accidents ont lieu sur le trajet. «Cela reste élevé, derrière chaque accident se cache une tragédie humaine», a regretté Tom Oberweis.

Une thématique importante pour le gouvernement

Du côté du gouvernement, trois ministres ont fait le déplacement pour montrer l’implication du gouvernement dans cette thématique. «Je partage l’analyse de Tom Oberweis, nous faisons preuve d’un engagement commun entre pouvoirs publics, employeurs et employés, a déclaré le ministre du Travail Nicolas Schmit, avec un focus sur le secteur de la construction qui est particulièrement touché». Même discours pour le ministre de la sécurité sociale, Romain Schneider, qui a noté que la déclaration a été simplifiée, avec le visuel et le site internet de l’AAA modernisés pour un accès plus facile.

La ministre de la Santé a, quant à elle, insisté sur la prévention en matière de suicide. Il y a chaque année 80 suicides dans le pays, et 10 à 20 fois plus de tentatives. Un phénomène qui a fait l’objet d’une campagne de prévention en 2015: «La prise en charge et les formations s’améliorent et c’est tant mieux, estime Lydia Mutsch, car la dépression est une vraie maladie à prendre au sérieux. L’Organisation mondiale de la santé estime que la dépression sera prochainement la deuxième cause d’invalidité dans le monde».