Chambre de commerce

PME: cinq chantiers prioritaires à lancer en 2015

08 Décembre 2014 Par Paperjam.lu
Chambre de commerce
Carlo Thelen, directeur de la Chambre de commerce, entouré de Marc Wagener et de Christel Chatelain. (Photo: Chambre de Commerce)

Les PME ont le moral en berne, affirme la Chambre de commerce qui, pour éviter un surplace économique, préconise la mise en œuvre d’une série d’actions prioritaires.

La Chambre de commerce du Luxembourg s’est exprimée ce lundi matin sur les grandes tendances internationales ainsi que sur les perspectives économiques pour le Luxembourg en 2015, sur base notamment de l’enquête Eurochambres qui rassemble des anticipations – plutôt moroses – des chefs d’entreprise.

En raison d’une économie «ouverte et par conséquent dépendante de décisions externes et de l’état de santé de ses partenaires économiques», les principaux indicateurs macroéconomiques du pays éprouvent des difficultés à retrouver leur niveau d’antan, indique la Chambre de commerce, faisant état d’un taux de croissance de 0,8% entre 2009 et 2013, alors qu’il était de 3,6% pour la période 2002-2008, et désormais «hors de portée».

Pour éviter le «surplace économique» au Luxembourg, voire la déflation dans la zone euro, la Chambre de commerce estime que 2015 devra être marquée par des actions à destination notamment des PME luxembourgeoises particulièrement inquiètes quant à l’avenir.

Investissements, croissance, travail

Les facteurs les plus problématiques pour celles-ci sont aujourd’hui les difficultés pour recruter de la main-d’œuvre qualifiée, les coûts du travail élevés et régulièrement dissociés du coût du travail en raison notamment des automatismes réglementaires, le droit du travail peu flexible, les charges administratives trop importantes, ou encore des marges sous pression continue.

Bien que des actions soient déjà en cours, la Chambre de commerce considère que les réformes structurelles doivent être poursuivies pour produire leurs effets avec – en plus de l’établissement de finances publiques soutenables – un cadre fiscal efficient, «pro investissements, pro croissance et pro incitation au travail».

Elle pointe dans ce sens cinq grands chantiers devant être entrepris «avec vigueur» en 2015. Il s’agit de coûts de production à maîtriser et d’un cadre réglementaire à flexibiliser notamment au niveau du droit et de l’organisation du travail.

La Chambre de commerce évoque aussi comme actions de première nécessité un système d’éducation et de formation professionnelle à revoir pour pallier le manque de main-d’œuvre qualifiée, une diversification économique à poursuivre par le biais de la recherche et du développement, et enfin d’un marché intérieur – dont celui des services – à approfondir et à parfaire.