Parution

Pierre Gramegna rend ses comptes

26 Avril 2018 Par Paperjam.lu

L’édition de mai du magazine Paperjam est parue ce jeudi. Dans ce numéro, il est entre autres question du bilan de Pierre Gramegna au ministère des Finances, d’intelligence artificielle, et des défis du nouveau CEO group de KBL epb Luxembourg, Peter Vandekerckhove.

Dans sa partie Espresso, Paperjam a interrogé les partis politiques du pays sur leur usage des outils digitaux pour atteindre l’électeur, suite au scandale de Cambridge Analytica, la firme britannique qui a utilisé les données de 87 millions d’utilisateurs Facebook à des fins politiques.

Nous nous sommes également intéressés au développement des projets immobiliers de bureaux qui se multiplient dans les zones périphériques de la capitale et dans des villes frontalières, ce qui permet de désengorger les routes, et donc de se rendre plus facilement sur son lieu de travail.

Notre première grande interview est consacrée à Pierre Gramegna, qui dresse un bilan après cinq ans passés à la tête du ministère des Finances. La seconde porte quant à elle sur l’intelligence artificielle sous l’œil avisé du Franco-Américain John Rauscher, pionnier en la matière. Et enfin, Paperjam est allé à la rencontre de Peter Vandekerckhove, le nouveau group CEO de KBL epb Luxembourg, qui compte sur son tempérament pour faire accélérer l’entreprise dans la course à la consolidation européenne.

Pour le reportage, notre photographe Anthony Dehez s’est rendu à Lux-Airport, dont le terminal A a été inauguré il y a 10 ans. 

Une force d’attraction

Notre supplément de ce mois est consacré aux fonds d’investissement, un secteur qui a fait le succès de la Place luxembourgeoise, et qui continuera de la faire rayonner à l’international, surtout dans le cadre du Brexit.

En 2018, l’Alfi fête ses 30 ans. Dans une interview, Denise Voss dresse le bilan de l’Association luxembourgeoise des fonds d’investissement, qu’elle préside, et évoque les défis à venir.

«Quelle place pour la Place dans votre programme électoral?» C’est la question que Paperjam a posée aux quatre grands partis, à l’occasion des prochaines élections législatives. Réponses de Joëlle Elvinger (DP), Franz Fayot (LSAP), Laurent Mosar (CSV) et Christian Kmiotek (Déi Gréng).