Présidence de l’Eurogroupe

Pierre Gramegna échoue face à Mário Centeno

04 Décembre 2017 Par Paperjam.lu
Mario Centeno
Mario Centeno, illustre inconnu à Bruxelles, succède à Jeroen Dijsselbloem à la tête de l’Eurogroupe. Il entrera en fonction le 13 janvier prochain. (Photo: Licence C.C.)

Le ministre luxembourgeois n’a pas été retenu, lundi, pour succéder à Jeroen Dijsselbloem. C’est son homologue portugais, donné favori depuis plusieurs jours, qui prendra les rênes de la réunion des ministres des Finances de la zone euro pour deux ans et demi.

Il n’aura fallu que deux tours aux ministres des Finances de la zone euro pour désigner le nom du prochain président. Il s’agit du Portugais Mário Centeno, 50 ans, qui s’est imposé face à Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances luxembourgeois. Le Slovaque Peter Kazimir et la Lettonne Dana Reizniece-Ozola étaient les autres candidats officiels.

Soutenu par l’Allemagne, la France, l’Espagne et l’Italie notamment, le Portugais succédera le 13 janvier prochain au Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, en poste depuis 2013, pour un mandat de deux ans et demi.

Jusqu’à présent inconnu à Bruxelles, l’ancien professeur d’économie décroche donc l’un des cinq postes les plus importants de l’Union européenne. Avec la charge de présider les réunions mensuelles des ministres des Finances de la zone euro, dont l’objectif principal est d’assurer la coordination des politiques économiques nationales, Mário Centeno bénéficiera d’un poids politique de premier plan, au même titre que les présidents de la Commission européenne, du Conseil européen et du Parlement européen. Parmi les missions qui attendent Mário Centeno figure notamment la mise en œuvre complète de l’union bancaire.

À la sortie de la réunion de l'Eurogroupe, Pierre Gramegna s'est déclaré «fier d'avoir été en finale» après avoir obtenu «un bon score». Félicitant son homologie portugais, le grand argentier luxembourgeois assure «se réjouir d'ores et déjà de travailler à ses côtés au cours des prochains mois». Selon toute vraisemblance, la candidature de Mário Centeno aurait toutefois obtenu l'unanimité des voix au second tour.