Surveillance

OneCoin surpris par l’avertissement de la CSSF

25 Août 2017 Par Jean-Michel Gaudron
CSSF OneCoin
La CSSF prend ses précautions vis-à-vis d’une société qui n’est de toute façon pas régulée.  (Photo: Maison moderne / archives)

Le régulateur de la Place a lancé, à titre préventif, un avertissement à l’encontre de la société dirigée par Pitt Arens et spécialisée dans la crypto-monnaie. Une décision qui échappe à OneCoin, alors qu’aucun problème n’est recensé au Grand-Duché.

Un peu moins de quarante mots et à peine deux lignes: «La Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) avertit le public que l’entité dénommée Onecoin Ltd., également présente sur les réseaux sociaux sous le nom de Onecoin Luxembourg, n’est pas surveillée par la CSSF.»

Cet «avertissement», publié ce mercredi par le régulateur du secteur financier, n’a pas manqué d’interpeller. Il ne fait suite, en tout état de cause, à aucune plainte ou remontée d’information négative provenant d’un client sur la Place. «Nous avons émis cet avertissement à titre préventif, comme d’autres régulateurs l’ont fait précédemment», explique à Paperjam.lu Danièle Berna-Ost, la secrétaire générale de la CSSF.

Activité non régulée

Il est vrai que la société OneCoin traîne derrière elle une réputation sulfureuse, d’aucuns associant son activité à une arnaque pure et simple, assimilée à un système dit «de Ponzi» (rémunérant les investissements des anciens clients par les fonds versés par les nouveaux) cher à Bernard Madoff…

L’activité de OneCoin, qui consiste en la vente de matériel de formation en ligne visant à démocratiser l’usage des crypto-monnaies, n’étant pas soumise au contrôle des autorités de régulation, ces dernières sont évidemment tout à fait dans leur rôle en émettant des avertissements à l’attention des consommateurs. «C’est à vos risques et périls» faut-il comprendre en substance.

«Jamais je n’aurais pris le risque de m’associer à une organisation illégale frauduleuse» avait confié à Paperjam.lu Pitt Arens, le CEO luxembourgeois de OneCoin au moment de prendre ses fonctions en mai dernier.

22 abonnés à une page Facebook

La CSSF fait mention d’une entité «également présente sur les réseaux sociaux sous le nom de OneCoin Luxembourg». Il est vrai qu’il n’existe aucune structure juridique enregistrée sous ce nom-là. Une page Facebook qui porte ce nom fait néanmoins mention d’une «entreprise financière», mais elle ne compte que 22 abonnés. «Il s’agit d’une page créée par le réseau Independent Marketing Associates de nos partenaires OneLife Network et ne fait pas partie des chaînes officielles de médias sociaux de la société OneCoin» a indiqué à Paperjam.lu le service communication de OneCoin.

Nous ne voyons pas de motivation raisonnable à cet avertissement

Le service de presse de OneCoin

La page Facebook «officielle» de OneCoin, elle, compte plus de 92.000 abonnés.

«La société OneCoin n’a jamais été officiellement contactée par la CSSF et par conséquent nous ne voyons pas de motivation raisonnable à cet avertissement», nous indique encore le service de presse de la société, qui précise être «toujours prête à coopérer avec tous les régulateurs et institutions du monde entier au nom de la transparence et en respectant les lois de chaque pays où l'entreprise opère.»