Syndicats

Nouvelle convention-cadre pour les centres de recherche

11 Janvier 2019 Par Paperjam.lu
La signature vient tout juste d’être apposée sur la nouvelle convention-cadre. (Photo: OGBL)

La nouvelle convention concerne plus de 1.100 salariés dans les centres de recherche publics. Elle sera d’application jusque fin 2020.

L’OGBL, syndicat majoritaire dans le secteur, et le LCGB viennent de signer, avec les trois centres de recherche publics LIH, Liser et List, le renouvellement de la convention-cadre pour les salariés de la recherche publique. Celle-ci porte sur une durée de trois ans, du 1er janvier 2018 au 31 décembre 2020.

Cette convention-cadre, seule convention de ce type au Luxembourg à l’heure actuelle, avait été signée pour la première fois début 2016 pour une durée de deux ans. Elle fixe des minima communs pour les trois instituts en vue d’harmoniser les conditions de travail (temps de travail, congés, conditions d’embauche et de résiliation de contrat, etc.) des personnels des centres de recherche, alors que les rémunérations et carrières et des modalités d’application plus précises sont négociées individuellement. Elle était arrivée à échéance le 1er janvier 2018. 

Un accord a pu finalement être trouvé, répondant partiellement ou intégralement aux demandes du personnel des trois centres, définies via un sondage.

De 28 à 32 jours de congé

La nouvelle convention-cadre augmente notamment le nombre minimal de jours de congé de 28 à 32 jours, ce qui a déjà été mis en place.

D’autres nouveaux points ajoutés à la convention-cadre concernent la période d’essai, les congés extraordinaires (principe de l’égalité de traitement entre mariage et pacs), la possibilité pour des salariés en CDD arrivés en fin de contrat de déroger à des plages fixes de présence pour des entretiens d’embauche, l’équipement de protection individuelle à charge de l’employeur, ainsi que la participation de l’employeur aux frais du mPass. 

Les syndicats regrettent toutefois les retards encourus jusqu’à la signature finale du renouvellement de la convention-cadre, qui intervient un an après la venue à échéance de la première convention, et alors qu’un accord de principe avait déjà été trouvé sur presque tous les points de la convention-cadre en juillet 2018.