Relations commerciales avec l’Inde

«Nous discutons avec l’UE d’un accord commercial»

25 Janvier 2018 Interview par Jonas Mercier
Gaitri Issar Kumar
«2018 sera l’année où l’on va voir l’expansion de l’Inde sur le vieux continent», estime Gaitri Issar Kumar. (Photo: DR)

Au Luxembourg mercredi soir lors d’une réception organisée par l’Indian Business Chamber of Luxembourg (IBCL), l’ambassadrice de l’Inde au Luxembourg, en Belgique et auprès de l’Union européenne, Gaitri Issar Kumar, rappelle que l’Union européenne est le premier partenaire commercial de l’Inde et qu’un nouveau traité de libre-échange entre les deux espaces est en discussion.

Madame Gaitri Issar Kumar, comment expliquez-vous que les relations économiques entre le Luxembourg et l’Inde soient si discrètes, alors même que le Grand-Duché cherche à s’ouvrir vers les marchés de l’Asie?

«Les échanges entre l’Inde et le Luxembourg sont en effet très faibles pour le moment, mais cela montre aussi qu’il existe un potentiel de croissance important. Et le fait que l’on organise une réception à l’occasion de la fête nationale indienne à la Chambre de commerce est un signal fort. Nous allons travailler ensemble pour identifier les priorités et avancer concrètement sur ce sujet.

Il n’existe actuellement aucune liaison aérienne directe entre le Luxembourg et l’Inde, à part celle de Cargolux. Les Indiens connaissent le Luxembourg et sont conscients des opportunités d’investissement, mais il faudra faciliter les échanges.

Quels seraient, selon vous, les secteurs dans lesquels l’Inde aurait une expertise à apporter au Luxembourg? Et inversement?

«Aujourd’hui, l’Inde a un intérêt spécifique dans les secteurs de la finance, des nouvelles technologies, de l’espace et des biotechnologies.

Nous avons célébré nos 70 ans de relations diplomatiques.

Gaitri Issar Kumar, ambassadrice de l’Inde au Luxembourg

Nous avons une très longue relation de coopération avec le Luxembourg, notamment dans les forums internationaux, comme aux Nations Unies où le Grand-Duché a toujours été un support pour l’Inde. Nous avons d’ailleurs célébré l’année dernière nos 70 ans de relations diplomatiques. C’est une très bonne base sur laquelle pourront se baser les futurs partenariats économiques.

Plusieurs entreprises chinoises utilisent le Luxembourg comme hub pour entrer sur le marché européen. Est-ce un modèle dont pourraient s’inspirer les sociétés indiennes?

«En tant qu’ambassadrice, je vais m’assurer de mettre le Luxembourg sur la carte des entreprises indiennes qui veulent entrer sur le marché européen. 2018 sera l’année où l’on va voir l’expansion de l’Inde sur le vieux continent. Je ne suis à mon poste que depuis cinq mois, durant lesquels j’ai pu observer et comprendre la situation actuelle.

Briser les obstacles que rencontrent les entreprises.

Gaitri Issar Kumar, ambassadrice de l’Inde au Luxembourg

À partir de maintenant, je vais analyser les secteurs où les opportunités sont les plus intéressantes et briser les obstacles et les difficultés que rencontrent les entreprises des deux pays pour investir.

Un accord commercial entre l’Inde et l’Union européenne, comme ceux qui existent avec le Japon et la Corée du Sud, pourrait-il permettre l’accélération du développement des relations économiques avec l’Europe et plus particulièrement avec le Luxembourg?

«L’Europe est le plus gros partenaire commercial de l’Inde avec des échanges d’environ 80 milliards d’euros. Nous avons eu des accords bilatéraux avec certains pays européens et nous sommes actuellement en train de discuter avec l’Union européenne d’un nouveau traité.

L’Inde est une économie qui est en train de s’ouvrir.

Gaitri Issar Kumar, ambassadrice de l’Inde au Luxembourg

Mais les procédures sont lentes et complexes. L’Inde est une économie qui est en train de s’ouvrir. Nous avons encore besoin de protéger certains secteurs et de nous assurer de ne pas perdre d’emplois. Nous devons donc être attentifs, mais l’Europe est un partenaire d’une grande valeur pour nous.»