Arts plastiques

Marco Godinho s’exporte

19 Avril 2017 Par France Clarinval
Marco Godinho
Marco Godinho sera présent dans plusieurs expositions en France et en résidence d’artiste à Paris. (Photo: David Laurent / archives)

L’artiste luso-luxembourgeois s’est vu attribuer une résidence d’artiste à la Cité internationale des arts de Paris. Il participe aussi à plusieurs expositions en France.

Pour la plupart des artistes, exposer à l’étranger est une forme de consécration et de reconnaissance. Accéder à une résidence de création est une des voies pour nouer des contacts internationaux, rencontrer artistes, curateurs et institutions en dehors de nos frontières tout en nourrissant son travail de nouvelles expériences.

Située à Paris, la Cité internationale des arts a pour vocation d’accueillir en résidence des artistes professionnels étrangers et français dans l’un des 325 ateliers de résidence. Le ministère de la Culture luxembourgeois y est propriétaire du quart d’un atelier-logement depuis 1963. Il lance régulièrement des appels à candidatures dans le cadre de son programme de résidence à Paris. Outre la mise à disposition de son atelier, le ministère accorde une bourse de travail à l’artiste sélectionné. Après Carine Krecké qui en a bénéficié en 2016, c’est Marco Godinho qui a été désigné parmi six candidatures.

Un jury, constitué de Valérie Quilez (présidente), Danielle Igniti et Carine Krecké, a souligné la grande qualité et la pertinence des dossiers proposés et a choisi le travail de l’artiste luso-luxembourgeois qui mène depuis plusieurs années une exploration sensible des questions d’exil, de mémoire et de géographie. Cette réflexion est nourrie par son expérience de vie nomade, prise entre plusieurs langues et cultures et traversée par l’influence de la littérature et la poésie.

Invité par la Progress Gallery à Paris pour une exposition personnelle au mois d’octobre, la résidence de trois mois permettra à Marco Godinho de réaliser une intervention in situ qui prolonge ses recherches liées à la déambulation, au voyage et plus particulièrement à la relation espace-temps, tout en ouvrant à des questions environnementales et sociales.

L’artiste bénéficie d’une belle visibilité en France pour l’instant. Après une exposition au Mamac de Nice l’automne dernier, Marco Godinho bénéficie d’une exposition personnelle Musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges (jusqu’au 28 mai). Il sera également présent dans une exposition collective au Mac Val à Vitry-sur-Seine autour de la question du métissage et des constructions d’identité, «Tous des sang-mêlés», ainsi qu’à la Biennale de Lyon à partir du mois de septembre.

Son travail est aussi visible pour l’instant dans l’exposition «Portraits sous surveillance» au MNHA dans le cadre du Mois européen de la photographie.