Mondialisation

Luxembourg très ouvert économiquement

20 Avril 2017 Par Jean-Michel Lalieu
findel
Un petit pays comme le Luxembourg a forcément une économie plus ouverte que d'autres. (Photo: Frédéric Humblet/archives)

Selon le Kof, un institut de recherche suisse qui calcule les indices de mondialisation, le Luxembourg est le troisième pays le plus mondialisé au niveau économique. Sur l’ensemble des critères, il se situe au 19e rang, une marche plus bas qu’en 2016.

L’indice de mondialisation mesuré annuellement par le Centre suisse de recherches conjoncturelles (KOF) montre un recul d’une place pour le Luxembourg dans le classement final 2017. Calculé cette année sur base des données de l’année 2014, il place le pays à la 19e position. Derrière la Slovaquie et devant Singapour.

Le trio de tête est composé des Pays-Bas, de l’Irlande et de la Belgique. Basé sur des critères économiques, sociaux et politiques, il fait la part belle aux petites et moyennes économies, plus tournées vers l’extérieur. De ce fait, les États-Unis n’arrivent qu’en 27e position, la Chine à la 71e, le Japon au 39e rang, alors que l’Allemagne est 16e. La France, elle, grimpe de la 19e à la 9e place.

Ouverture économique

Par contre, comme l’an dernier, le Grand-Duché occupe la troisième place dans le sous-classement de la mondialisation économique. Celui-ci tient compte de facteurs tels que la vigueur des flux internationaux de marchandises, d’investissements et de revenus par rapport au PIB, mais aussi des restrictions imposées aux mouvements des marchandises et des capitaux. Le Luxembourg n’est ici dépassé que par Singapour et l’Irlande.

Le classement de la mondialisation sociale se mesure sur base de trois catégories: les contacts personnels internationaux (lettres, appels téléphoniques, flux touristiques, taille de la population résidente étrangère), les flux d’information internationaux (internet, presse et télévision) et la proximité culturelle par rapport aux grands courants mondiaux (nombre de magasins Ikea, de restaurants McDonald’s, exportations et importations de livres).

Selon ces critères sélectionnés par le Kof, le Luxembourg vient en 28e place, soit deux places de plus qu’en 2016.

Faible influence politique

Enfin, le centre d’études helvétique analyse la dimension politique de la mondialisation d’un pays à partir du nombre d’ambassades à l’étranger, du nombre d’organisations internationales auxquelles il appartient, du nombre de missions de paix de l’ONU auxquelles il a participé, ainsi que du nombre d’accords bilatéraux et multilatéraux auxquels a adhéré le pays en question depuis 1945.

Mission plus délicate cette fois pour un pays comme le Luxembourg étant donné la taille de sa population. Il pointe ici à la 63e position, entre le Paraguay et le Burkina Faso. La France arrive en tête, devant l’Italie et la Belgique.