OGBL

L’union syndicale face à ArcelorMittal

12 Juillet 2018 Par Audrey Somnard
Quelque 70 représentants syndicaux présents sur les sites d'ArcelorMittal dans le monde se sont retrouvés à Luxembourg pendant deux jours.
Quelque 70 représentants syndicaux présents sur les sites d’ArcelorMittal dans le monde se sont retrouvés à Luxembourg pendant deux jours. (Photo: Maison Moderne / Archives )

Un réseau syndical mondial s’est créé autour des syndicats présents sur les sites d’ArcelorMittal. La première réunion de ce tout nouveau réseau s’est tenue pendant deux jours, mardi et mercredi, à Luxembourg.

C’est la première fois dans l’histoire de l’OGBL qu’une réunion de ce type est organisée au Luxembourg.

Les syndicats présents dans les différentes unités d’ArcelorMittal à travers le monde se sont réunis: «Nous avons regroupé pour cette réunion 70 leaders syndicaux présents dans 18 pays, là où est présent ArcelorMittal. Le but est de développer la coopération entre les différents syndicats et instaurer une plate-forme pour que la direction du groupe ait un interlocuteur unique. Nous voulons négocier avec eux à un niveau global», explique Adam Lee, directeur de campagnes d’IndustriALL Global Union.

IndustriALL Global Union est un regroupement de syndicats dans le domaine de l’industrie et de la sidérurgie. Pour Jean-Claude Bernardini de la branche sidérurgie de l’OGBL, «c’était en fait logique que les syndicats présents chez ArcelorMittal soient sous la même bannière». Le syndicat luxembourgeois est le seul présent au sein d’IndustriALL Global Union, pour ce qui est du Grand-Duché.

Le réseau lié à ArcelorMittal peut être un modèle du genre.

Brian Kohler, directeur santé, sécurité et durabilité pour IndustriALL Global Union

Si IndustriALL a été fondé en 2012, avec l’OGBL comme membre fondateur, cette réunion des syndicats propres à ArcelorMittal est nouvelle.

Bart Wille, des ressources humaines du groupe, était d’ailleurs présent à l’introduction de ces deux jours de réunion. Une bonne occasion pour lui de rencontrer en une seule fois tous les représentants syndicaux, lui qui a rejoint ArcelorMittal il n’y a que quelques mois.

Le ministre du Travail Nicolas Schmit a également dit quelques mots pour saluer cette initiative syndicale.

Ce sera à nous et nous seuls de décider de notre porte-parole en cas de négociations.

Jean-Claude Bernardini, de la branche sidérurgie de l’OGBL

«Notre but est d’avoir une relation qui ait du sens en mettant l’accent sur le dialogue social. Cette réunion a pris un bon départ», a estimé Adam Lee.

Brian Kohler est le directeur santé, sécurité et durabilité pour IndustriALL. Il était à Montréal en 2007 quand la société ArcelorMittal s’est créée: «Je pense que le réseau lié à ArcelorMittal peut être un modèle du genre.»

Si, côté syndical, on insiste pour dire que ce regroupement est un bon moyen de parler d’une seule voix, du côté d’ArcelorMittal, on tempère, «ce n’est pas une instance décisionnaire», martèle-t-on côté groupe. Pour Jean-Claude Bernardini, au contraire, «ce sera à nous et nous seuls de décider de notre porte-parole en cas de négociations».