Autoroutes boursières

Londres et Francfort reliées par le sud de la Belgique

02 Juillet 2018 Par Jean-Michel Lalieu
Le signal de Botrange est perçu comme un point de passage idéal entre Londres et Francfort pour les ondes radio. (Photo: Licence C. C.)

Le point culminant de la Belgique, le signal de Botrange, devrait prochainement accueillir un pylône de 40 mètres de haut dédié au trading à haute fréquence entre les Bourses de Londres et Francfort.

Le signal de Botrange est surtout connu des écoliers belges pour être le point culminant du pays (694 mètres). Les photos montrent généralement une tour surmontée d’une antenne-relais pour les réseaux de téléphonie mobile.

Mais bientôt, ce haut lieu du tourisme, au cœur des Fagnes et à proximité de la frontière allemande dans la commune de Waimes, accueillera une antenne-relais pour faciliter le trading haute fréquence entre le London Stock Exchange et la Deutsche Börse à Francfort.

L’information a été détaillée dans le quotidien Le Soir, où la décision d’accueillir ce nouveau pylône a été avalisée par le conseil communal de la commune de Waimes en fin de semaine dernière.

De plus en plus en vogue, le trading à haute fréquence est une pratique qui consiste à passer des ordres boursiers via des ordinateurs réagissant en millisecondes grâce à des algorithmes qui réagissent aux mouvements à la hausse ou à la baisse.

Les ondes plutôt que la fibre

Les gains et les pertes se jouant au millième de seconde, les opérateurs ont donc besoin de détecter les technologies et les routes les plus rapides. Or, explique Le Soir, premièrement, la voie des ondes reste beaucoup plus rapide que la fibre optique. Elle permet aussi de traverser des routes d’information en ligne droite, ce que la fibre ne permet pas tout le temps.

Des «routes» sont donc en construction pour faire transiter les informations par ondes radio, à raison d’un pylône tous les 100 kilomètres environ. L’avantage de Botrange est qu’en étant un point relativement haut, la communication se fera plus facilement.

A priori, la commune a su négocier pour que la nouvelle antenne de 40 mètres inclue les relais de téléphonie déjà présents sur le site. L’opération sera d’ailleurs réalisée par la jeune société luxembourgeoise EOS Tower, fournisseur et installateur de pylônes.